Stateira (fille de Darius)

Stateira ou Statira, appelée d'abord Barsine, est une princesse perse de la dynastie des Achéménides. Elle est la fille ainée de Darius III et de Stateira. Elle épouse Alexandre le Grand en 324 av. J.-C. lors des noces de Suse.

Pour les articles homonymes, voir Stateira.
Stateira
Titre de noblesse
Reine consort
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père
Mère
Fratrie
Ochus (d)
Drypétis
Conjoint
Alexandre le Grand (de à av J-C)
La famille de Darios devant Alexandre, Giusto Sustermans, Biblioteca Museu Víctor Balaguer

Nom

Stateira s'appelle d'abord Barsine ; mais elle ne doit pas être confondue avec Barsine, fille d'Artabaze, épouse de Memnon de Rhodes et maîtresse d'Alexandre dont elle a un fils, Héraclès. Puis, lorsqu'elle épouse Alexandre en 324 av. J.-C., elle prend le nom de sa mère, Stateira, comme c'est la coutume chez les Perses[1]

Biographie

Après les premiers succès de la conquête macédonienne, elle est offerte en mariage à Alexandre par son père avec en dot tous les pays à l'Ouest de l'Euphrate, à condition qu'Alexandre ne dépasse pas l'Halys. Cependant Alexandre refuse l'offre et la princesse est élevée à Suse comme une princesse achéménide.

En 333 av. J.-C., après la bataille d'Issos, elle tombe entre les mains du roi de Macédoine avec sa mère, sa sœur Drypteis et son frère de cinq ans Ochus, tout en recevant d'Alexandre les honneurs qui lui sont dus. Lors des noces de Suse, célébrées en février 324, Stateira épouse Alexandre, tandis que ses généraux épousent les femmes de la noblesse perse[2]. Il s'agit avant tout d'un acte politique qui vise à terme à une fusion des élites gréco-macédoniennes et perses afin d'assurer la pérennité de l'empire[3].

À la mort d'Alexandre en juin 323, Stateira, peut-être enceinte, est étranglée sur ordre de Roxane, la première épouse d'Alexandre[4].

Œuvres littéraires et musicales

L'histoire de Stateira a inspiré les artistes baroques, qui en ont fait le sujet de leurs œuvres :

Notes et références

  1. Olivier Battistini, Alexandre le Grand : Un philosophe en armes, Ellipses, coll. « Biographies et mythes historiques », , p. 261.
  2. Plutarque, Alexiade, 70, 3 ; Arrien, Anabase, VII, 4.
  3. Paul Goukowsky, Le monde grec et l'Orient : Alexandre et la conquête de l'Orient, t. 2, PUF, coll. « Peuples et Civilisations », (1re éd. 1975), p. 304.
  4. Élien, Histoires variées [lire en ligne], VIII, 7.

Liens externes

  • Portail de la Grèce antique
  • Portail de l’Iran et du monde iranien
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.