Strepsiptera

Strepsiptera (les strepsiptères) est un ordre d'insectes parasites.

Strepsiptera
Strepsiptère caractéristique, avec les balanciers antérieurs en évidence.
Classification selon ITIS
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Hexapoda
Classe Insecta
Sous-classe Pterygota
Infra-classe Neoptera
Super-ordre Endopterygota

Ordre

Strepsiptera
Kirby, 1813

Description et caractéristiques

Insecte stylopisé par Elenchus maoricus.
Détails anatomiques d'un Mengenilla moldrzyki.

Les strepsiptères sont très petits voire microscopiques, ce qui leur permet d'être des endoparasites d'autres insectes. Ils sont reconnaissables à leurs grandes antennes lamellées et leurs ailes qui semblent tordues. Ils volent au moyen de leurs grandes ailes postérieures, les antérieures étant modifiées en haltères, qui jouent le rôle de balanciers[1]. Leurs yeux sont parmi les plus perfectionnés de tous les insectes[2].

La femelle passe toute sa vie au stade larvaire dans le corps d'un hôte. Elle meurt une fois fécondée pour se laisser dévorer par sa progéniture, qui émergera ensuite sous forme larvaire pour aller choisir un nouvel hôte. Les larves, microscopiques, sont capables de faire des bonds vers un hôte, puis de s'infiltrer entre l'endocuticule et l'épiderme, pour s'encapsuler dans un cocon de tissu de l'hôte, permettant d'outrepasser la réponse immunitaire et de se développer aux dépens de l'insecte ainsi parasité[3]. Seuls les mâles atteignent le stade d'imago, dépourvus d'appareil digestif mais équipés d'un système sensoriel extrêmement performant, pour aller chercher un hôte parasité en vue de se reproduire avec une femelle avant de mourir.

Les strepsiptères les mieux connus sont ceux de la famille des Stylopidae, qui parasitent des hyménoptères (surtout des guêpes et des abeilles) : ils sont connus pour modifier le comportement et même la morphologie de leur hôte, entraînant notamment une castration parasitaire. Ils se présentent sous la forme de petites excroissances noires dépassant entre les plaques abdominales des hyménoptères[2].

On appelle « stylopisation » l'influence de certains parasitoïdes tels que les Strepsiptères qui, en pondant dans le corps d'autres insectes, entraînent des modifications morphologiques de l'hôte[1].


Classification

D'après ITIS (9 mai 2016)[4] et BioLib (9 mai 2016)[5] :

  • sous-ordre Protoxenidia
    • famille Protoxenidae Pohl, Beutel & Kinzelbach, 2005
  • sous-ordre Mengenillidia Kinzelbach, 1969
    • famille Mengenillidae
    • famille Bahiaxenidae Bravo, Pohl, Silva-Neto & Beutel, 2009
    • famille Mengeidae Pierce, 1908
  • sous-ordre Eoxenidia
    • famille Iberoxenidae Bolivar y Pieltain, 1926
  • sous-ordre Strepsipteria
    • famille Mengenillidae Hofeneder, 1910
  • sous-ordre Stylopidia Kinzelbach, 1969
    • famille Stylopidae Kirby, 1813, aussi appelés Stylops
    • famille Bohartillidae Kinzelbach, 1969
    • famille Corioxenidae Kinzelbach, 1970
    • famille Xenidae Saunders, 1872
    • famille Halictophagidae Perkins, 1905
    • famille Callipharixenidae Pierce, 1918
    • famille Elenchidae Perkins, 1905
    • famille Myrmecolacidae Saunders, 1872
    • famille Protelencholacidae Pohl & Beutel, 2005
    • genre Pseudococcites Haupt, 1950



Position phylogénétique

Références taxinomiques

Bibliographie

  • Alain Fraval, « Les Strepsiptères », Insectes, vol. 147, , p. 13-16 (lire en ligne).
  • Pohl, H., Beutel, R. G. & Kinzelbach, R. (2005). Protoxenidae fam. nov. (Insecta, Strepsiptera) from Baltic amber — a ‘missing link’ in strepsipteran phylogeny. —Zoologica Scripta, 34, 57–69

Liens externes

Notes et références

  1. Pierre Duhem, « Strepsiptera Stylopidae », sur duhem.com.
  2. Lisa Garnier, « Les Strepsiptères, une famille d’insectes trop « mimi » », sur vigienature.mnhn.fr, Muséum national d'histoire naturelle, .
  3. Alain Fraval, « Les Strepsiptères », Insectes, vol. 147, , p. 13-16 (lire en ligne).
  4. ITIS, consulté le 9 mai 2016
  5. BioLib, consulté le 9 mai 2016
  • Portail de l’entomologie
  • Portail de la parasitologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.