Syunik

Le Syunik (en arménien Սյունիք ; également orthographié Siunik, Siwnik ou encore Syunig ; en français Siounie ; autrefois également Zanguezour) est le marz le plus méridional d'Arménie, et le plus riche en minéraux[2]. Sa capitale est la ville de Kapan. Il est bordé au nord-ouest par le marz de Vayots Dzor, au nord et à l'est par l'Azerbaïdjan (territoires contrôlés par le Haut-Karabagh), au sud par l'Iran, et à l'ouest par le Nakhitchevan (république autonome d'Azerbaïdjan). Son origine remonte à l'ancienne région historique de Siounie, existant depuis le IIIe siècle.

Pour l’article homonyme, voir Syunik (Syunik).

Syunik
(hy) Սյունիք
Administration
Pays Arménie
Capitale Kapan
Communautés urbaines 7
Communautés rurales 102
Marzpet Hunan Poghosyan
Démographie
Gentilé Syunetsi
Population 141 771 hab. (2011[1])
Densité 31 hab./km2
Géographie
Superficie 450 600 ha = 4 506 km2
Localisation

Situation de la région en Arménie.
Liens
Site web http://syunik.gov.am

    Géographie

    Le marz a une superficie de 4 506 km2, soit 15,1 % de la superficie totale du pays[2].

    Situation

    Géographie physique

    La région de Syunik est essentiellement montagneuse, mais verte. Les principales rivières sont le Meghri, le Voghji et le Vorotan. Les températures peuvent atteindre 50 °C l'été, mais la température moyenne se situe aux alentours de 22 °C[3].

    Géographie humaine

    Outre Kapan, la région comprend six « communautés urbaines », Agarak, Dastakert, Goris, Kajaran, Meghri, Sisian, et 102 « communautés rurales » (127 villages)[2].

    Goris Kapan Sisian Meghri
    1. Akner
    2. Aravus
    3. Bardzravan
    4. Goris
    5. Halidzor
    6. Hartashen
    7. Harjis
    8. Karahunj
    9. Karashen
    10. Kashuni
    11. Khnatsakh
    12. Khndzoresk
    13. Khot
    14. Khoznavar
    15. Kornidzor
    16. Nerkin Khndzoresk
    17. Shinuhayr
    18. Shurnukh
    19. Svarants
    20. Tandzatap
    21. Tatev
    22. Tegh
    23. Vaghatur
    24. Verishen
    25. Vorotan
    1. Agarak
    2. Aghvani
    3. Antarashat
    4. Arajadzor
    5. Artsvanik
    6. Atchanan
    7. Chakaten
    8. Chapni
    9. David Bek
    10. Dzorastan
    11. Egheg
    12. Eghvard
    13. Geghanush
    14. Geghi
    15. Kaghnut
    16. Kajaran
    17. Kajaran
    18. Kapan
    19. Khdrants
    20. Lernadzor
    21. Nerkin Hand
    22. Nerkin Khotanan
    23. Norashenik
    24. Nor Astghaberd
    25. Okhtar
    26. Sevakar
    27. Shikahogh
    28. Shrvenantz
    29. Srashen
    30. Syunik
    31. Tandzaver
    32. Tavrus
    33. Tsav
    34. Ujanis
    35. Vanek
    36. Vardavank
    37. Verin Khotanan
    1. Aghitu
    2. Akhlatyan
    3. Angeghakot
    4. Arevis
    5. Ashotavan
    6. Balak
    7. Bnunis
    8. Brnakot
    9. Darbas
    10. Dastakert
    11. Getatagh
    12. Gorayk
    13. Hatsavan
    14. Ishkhanasar
    15. Lor
    16. Ltsen
    17. Mutsk
    18. Njdeh
    19. Noravan
    20. Salvard
    21. Sarnakunk
    22. Shaghat
    23. Shaki
    24. Shenatagh
    25. Sisian
    26. Spandaryan
    27. Tanahat
    28. Tasik
    29. Tolors
    30. Torunik
    31. Tsghuk
    32. Uyts
    33. Vaghatin
    34. Vorotan
    1. Agarak
    2. Alvank
    3. Gudemnis
    4. Karchevan
    5. Kuris
    6. Lehvaz
    7. Lichk
    8. Meghri
    9. Nrnadsor
    10. Shvanidzor
    11. Tashtun
    12. Vahravar
    13. Vardanidzor

    Histoire

    La région

    L'Artsakh et la Siounie jusqu'au IXe siècle.
    Le royaume de Siounie, 1020-1166.

    La région a une histoire ancienne : on trouve ainsi des mégalithes à Zorats Karer.

    La région de Syunik, ou Siounie, est une province sud-orientale de l'Arménie historique. Elle est divisée en 12 districts ou cantons (gavar, գավառ)[4] :

    • Ernǰak (Երնջակ) ;
    • Čahuk (Ճահուկ) ;
    • Vayoc’jor / Ełegnajor (Վայոցձոր) ;
    • Geła[r]k’unik’ (Գեղարքունիք) ;
    • Ałahēčk’ (Աղահեջք) ;
    • Sawdk’ / Zaw[d]ē[k’] (Սոդք) ;
    • Cłuk (Ծղուկք) ;
    • Haband (Հաբանդ) ;
    • Bałk’ (Բաղք) ;
    • Jork’ (Ձորք) ;
    • Arewik’ (Արևիք) ;
    • Kovsakan (Կովսական).

    À partir de ses deux capitales de Shgat et de Baghaberd, elle a été gouvernée à partir dès la fin du IIIe siècle par la dynastie des Haykides, issue de Sisak (en), fils de Gegham, fils d’Amasia Haykazouni.

    Après la mort de Vasak III en 821, la Siounie se trouve partagée par ses fils entre Siounie occidentale (Gelarqounig ou Gélarkounik), qui disparaît vers 920, et la Siounie orientale. Vassak VII et Smbat II sont reconnus comme rois indépendants par les musulmans en opposition avec la royauté bagratide d'Ani. Le dernier prince de Siounie orientale, Grigor V (mort en 1084) a comme successeur son beau-frère (i.e. frère de son épouse) Séneqérim-Ion, roi titulaire d'Aghbanie. De 1175 à 1437, elle passe aux Orbélian.

    Selon Cyrille Toumanoff, à la fin du XVe siècle, une dynastie de « méliks » issus des « Khalbakides-Proschides » qui avaient disputé avec plus ou moins de succès le Vayots Dzor aux Orbélian s’établit en Zangézour[5] :

    • vers 1473/1478 : Hayk ;
    • vers 1500 : Martyrios, son fils, tué par les musulmans ;
    • vers 1530 : Aghadjan, son fils, tué par les musulmans ;
    • vers 1550 : Garegin, son fils, tué par les musulmans ;
    • vers 1586 : Haykaz Ier, son fils, émigre en Iran ;
    • après 1586 : Hayk, son fils ;
    • jusqu’en 1678 : Israël Ier, son fils.

    Isaïe (1687-1725), le fils aîné de ce dernier, émigre au Karabagh où il fonde le mélikat de Jraberd pendant qu’un de ses cadets, Israël Ori, tente d’attirer l’attention de l’occident sur le sort de l’Arménie.

    Un arrière-petit-fils d’Israël Ier réussit à se rétablir au Zangézour :

    • Jean, mort en 1771 ;
    • après 1771 : Barkhoudar, son fils ;
    • vers 1800 : Roustan, son fils ;
    • jusqu’en 1822 : Housein, son fils ;
    • 1822-1836 : Kasi, son fils ;
    • 1836 : Parmaz, son fils.

    Après ce dernier, le mélikat de Zangézour est intégré dans l’Empire russe.

    Le marz

    Comme les autres marzer arméniens, le marz de Syunik a été créé par la Constitution arménienne adoptée le [6], mise en œuvre sur ce point par la loi relative à la division territoriale administrative de la République d'Arménie du et par le décret relatif à l'administration publique dans les marzer de la République d'Arménie du [7]. Le marz de Syunik a ainsi été constitué par la fusion de quatre raions soviétiques : Goris, Kapan, Sisian et Megri.

    Démographie

    La population du marz s'élève en 2011 à 152 900 habitants, soit 4,7 % de la population du pays[2].

    Évolution de la population du Syunik de 1991 à 2011[8]
    1991 1993 1995 1997 1999 2001 2002 2003
    152 800154 600150 800150 500151 400152 300152 700152 800
    2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
    153 100153 000153 000152 900152 800152 900152 900152 900

    En 2011, la population urbaine représente 67,7 % de la population totale[2].

    Évolution de la population urbaine (haut) et rurale (bas) du Syunik de 1991 à 2011[8]
    1991 1993 1995 1997 1999 2001 2002 2003
    108 800
    44 000
    108 800
    45 800
    105 900
    44 900
    104 600
    45 900
    104 500
    46 900
    104 300
    48 000
    104 100
    48 600
    103 900
    48 900
    2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
    104 000
    49 100
    103 800
    49 200
    103 800
    49 200
    103 700
    49 200
    103 700
    49 100
    103 700
    49 200
    103 300
    49 600
    103 500
    49 400
    Pyramide des âges du Syunik en 2011 en pourcentage[2]
    HommesClasse d’âgeFemmes
    1,7 
    80 ans ou +
    2,8 
    2,1 
    75 à 79 ans
    2,5 
    3,2 
    70 à 74 ans
    4,3 
    2,0 
    65 à 69 ans
    2,5 
    3,4 
    60 à 64 ans
    4,0 
    5,3 
    55 à 59 ans
    6,1 
    7,5 
    50 à 54 ans
    8,1 
    7,4 
    45 à 49 ans
    7,5 
    6,2 
    40 à 44 ans
    6,0 
    6,6 
    35 à 39 ans
    6,1 
    7,8 
    30 à 34 ans
    7,0 
    9,0 
    25 à 29 ans
    7,9 
    10,5 
    20 à 24 ans
    10,2 
    8,6 
    15 à 19 ans
    8,2 
    7,1 
    10 à 14 ans
    6,5 
    5,7 
    5 à 9 ans
    5,1 
    5,9 
    0 à 4 ans
    5,2 

    Notes et références

    1. Recensement de 2011
    2. (hy+en) ArmStat, Marzes of the Republic of Armenia in figures, « RA Syunik Marz », (consulté le 21 septembre 2012).
    3. Région de Syunik.
    4. (en) Robert H. Hewsen, Armenia: A historical Atlas, The University of Chicago Press, Chicago et Londres, 2001 (ISBN 0-226-33228-4), p. 103.
    5. Cyrille Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l'Antiquité jusqu'au XIXe siècle : Tables généalogiques et chronologiques, Rome, , p. 302-309 & 541-542.
    6. (en) « Article 104 of the Constitution of the Republic of Armenia », sur National Assembly of the Republic of Armenia, (consulté le 25 mars 2009).
    7. (en) « System », sur Ministry of Territorial Administration of the Republic of Armenia (consulté le 25 mars 2009).
      Dans le menu déroulant en haut à droite de la page, sélectionnez « English » ; cliquez ensuite sur « System » dans le menu horizontal.
    8. Pour 1991-2007 : (hy+en) ArmStat, The Demographic Handbook of Armenia, partie 2, « Population », (consulté le 21 septembre 2012). Pour 2007-2011 : (hy+en) ArmStat, The Demographic Handbook of Armenia, partie 2, « Population », (consulté le 21 septembre 2012).

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail de l’Arménie
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.