Télévision en France

La France compte plusieurs centaines de chaînes de télévision. Les premières étaient des chaînes d'État (RDF puis RTF puis ORTF). Une ouverture de nouveaux canaux en 1984 pour des chaînes privées et la privatisation de TF1 en 1987 a permis l’apparition de chaînes commerciales financées par la publicité, après que les radios libres apparurent en 1981. Au , le nombre de services de télévision titulaires d’une convention ou bénéficiant du régime déclaratif était de 216, dont 154 services de télévision conventionnés et 62 services déclarés[1].

Télévision hertzienne analogique

En 2004, la plupart des Français regardent encore la télévision hertzienne analogique, le nombre de foyers possédant l'accès à la télévision par le câble, le satellite, l'ADSL ou la TNT étant d'environ 5 millions (sur environ 35 millions de foyers dont 25 millions équipés d'une télévision).

En métropole

Les six réseaux nationaux de télévision hertzienne analogique en France métropolitaine sont attribués aux chaînes suivantes :

  • Chaîne no 3 : création :
    • Programmes de télévision ayant occupé ce canal :
  • Chaîne no 4 : création : (commence à émettre en novembre 1984)
    • Programmes de télévision ayant occupé ce canal :
  • Chaîne no 6 : création :
    • Programmes de télévision ayant occupé ce canal :
      • TV6, chaîne musicale privée du groupe Publicis ( - ), (disparue).
      • M6, chaîne privée faisant partie du Groupe M6 (depuis le ) : après deux reconductions, hors appel à candidatures, le 20 février 2007 l'autorisation d'émettre est prorogée pour une durée de 5 ans[3],[4].

De manière générale, ces chaînes diffusent le même programme sur tout le territoire métropolitain. France 3, chaîne à vocation régionale, propose à ses téléspectateurs des décrochages régionaux ou locaux (essentiellement des journaux télévisés et des magazines), ainsi que des émissions en langue régionale.

Télévisions locales

Depuis le 21 mars 1987, les septième et huitième réseaux de télévision analogique hertzien sont attribués dans certaines villes ou régions à des chaînes locales publiques ou privées.

Dans les départements et territoires d'outre-mer

Des chaînes de télévision publiques destinées aux départements et territoires d'outre-mer sont éditées par le réseau RFO qui a intégré le groupe audiovisuel public France télévisions en 2005. Une chaîne par satellite baptisée France Ô est diffusée en Métropole pour permettre aux "Domiens" d'avoir une fenêtre sur leurs régions.

  • Chaîne no 1 : création : 1964
    • Programmes de télévision ayant occupé ce canal :
      • ORTF (1964 - 1975)
      • FR3 DOM-TOM (1975 - 1983)
      • RFO 1 (1983 - 1999), chaîne publique du réseau RFO
      • Télé Pays, chaîne publique du réseau RFO (la chaîne prend le nom du DOM-TOM dans lequel elle est diffusée, exemple : Télé Réunion à la Réunion)

Les programmes de cette chaîne se composent d'une partie de ceux des chaînes publiques du groupe France télévisions, d'une partie de ceux de TF1 et de productions propres donnant la priorité à la proximité.

  • Chaîne no 2 : création : 1983
    • Programmes de télévision ayant occupé ce canal :
      • RFO 2 (1983 - 1999), chaîne publique du réseau RFO
      • Tempo, chaîne publique du réseau RFO

Les programmes de cette chaîne se composent entièrement de reprises des programmes des chaînes publiques du groupe France télévisions et ARTE.

Télévision numérique terrestre

La Télévision numérique terrestre française (TNT) a commencé ses programmes le . La France compte 8 réseaux (multiplexes) numériques hertziens transmettant au minimum 32 chaînes dont 25 gratuites en MPEG-2 (chaînes 1 à 25) et 7 payantes en MPEG-4 (chaînes 40 à 49). Selon les régions, la haute définition (chaînes 51 à 57) ainsi que des chaînes locales (chaînes 30 à 39) sont disponibles. La plage de chaînes vacantes est réservée à de nouvelles chaînes gratuites.

Chaînes gratuites

  • Chaîne no 11 : création :
    • TFX (auparavant appelée NT1 (2005-2018), chaîne privée du Groupe TF1)
  • Chaîne no 21 : création :
    • Numéro attribué aux chaînes locales (2007-2012)
    • L'Équipe (auparavant appelée L'Équipe 21 (2012-2016), chaîne privée du Groupe Amaury)
  • Chaîne no 26 : création :
    • Numéro attribué aux chaînes locales (2007-2012)
    • Chaîne vacante (2012-2016)
    • LCI, chaîne privée du Groupe TF1

Chaînes payantes

  • Chaîne no 30 : création :
    • TPS Star, chaîne privée du groupe TPS, plages en clair prévues (2005 - mai 2012)
    • Chaîne vacante (mai 2012 - décembre 2012)
    • Numéro attribué aux chaînes locales (2012)
  • Chaîne no 32 : création :
    • Canal+ Sport, chaîne privée faisant partie du Groupe Canal+, certaines plages en clair (2005-2012)
    • Numéro attribué aux chaînes locales (2012)
  • Chaîne no 35 : création :
    • Planète+, chaîne privée du groupe Canal+ (2005-2012)
    • Numéro attribué aux chaînes locales (2012)
  • Chaîne no 36 : création :
    • TF6, chaîne privée des groupes TF1 et M6 (2005-2012)
    • Numéro attribué aux chaînes locales (2012)
  • Chaîne no 37 : création :
    • Canal J, chaîne privée du groupe Lagardère Active (2005-2009)
    • Chaîne vacante (2009-2012)
    • Numéro attribué aux chaînes locales (2012)
  • Chaîne no 38 : création :
    • LCI, chaîne privée du Groupe TF1 (2005-2012)
    • Numéro attribué aux chaînes locales (2012)
  • Chaîne no 46 : création :
    • TF6, chaîne privée des groupes TF1 et M6
    • Chaîne vacante (depuis 2015)

Chaînes HD (anciennement)

  • Chaîne no 57 : création :
    • Arte HD, chaîne publique franco-allemande
    • Chaîne vacante (depuis 2016)

Télévision par câble

La télévision par câble débute à Cergy-Pontoise qui la lance officiellement le en France avec la réception de 5 chaînes de télévision TV5 Monde, TMC, RTL9, Sky1, et Canal J, suivi à Paris le 25 novembre 1986, puis à Nice et Montpellier le 12 février 1987 ensuite il se répend peu a peu la télévision par câble partout dans les villes français au fil des années.

En France a partir de 1985 y'avait des opérateurs de la télévision par câble jusqu'en 2014 date de la disparition du dernier opérateur de la télévision par câble Numericable, depuis 2014 il l'a été remplacé par 1 opérateur de télécommunication pour avoir de la télévision par câble La box de SFR de SFR.

Télévision par satellite

Canal+ est le premier opérateur de télévision par satellite lancé le pour installée dans toute les villes, villages et lieu-dit en France.

Aujourd'hui les principaux bouquets de télévision par satellite sont Canal+ (groupe Canal+), Bis Télévisions (AB Groupe), TNT Sat (groupe Canal+) et Fransat de (Eutelsat).

France Telecom/Orange édite un bouquet satellite depuis le  : La TV d'Orange.

Télévision par ADSL

Le premier service de télévision par ADSL en France, Freebox, a été lancé le par le fournisseur d'accès Internet Free (groupe Iliad) installée dans toute les villes, villages et lieu-dit en France.

Parmi les autres acteurs s'étant positionnés sur ce marché, on peut citer France Télécom avec Ma Ligne TV devenu Orange TV en juin 2006 (en partenariat avec le groupe TF1 et son bouquet satellite TPS ainsi qu'avec le groupe Canal plus et son bouquet satellite Canalsat), Neuf Télécom et Cegetel nouvellement SFR avec Neufbox TV (en partenariat avec le groupe Canal plus et son bouquet satellite Canalsat) et enfin iliad avec Alice TV.

Aujourd'hui en France les principaux bouquets de télévision par ADSL pour avoir chez-soi c'est Freebox TV de Free, La box de SFR de SFR, Livebox de Orange et Bbox de Bouygues Telecom.

Télévision internationale

Depuis le 2 janvier 1984, la chaîne internationale francophone TV5 rediffuse dans le monde certains programmes des chaînes publiques partenaires (françaises, suisses, belges et canadiennes). Elle est devenue TV5MONDE le 2 janvier 2006.

Le 6 décembre 2006 à 20h29 a été lancée la Chaîne Française d'Information Internationale ("CII"), France24.

Bouquet TV

Ce tableau indique les bouquet TV disponible en France avec le mode de diffusion.

Bouquet TVMatérielChainesTNTTélévision par satelliteTélévision par câble/Fibre optiqueTélévision IP (Par ADSL) (dégroupage)OTT
Télévision numérique terrestre  Oui
TNtop (disparu)  Oui
TV Num (disparu)  Oui
Télévision mobile personnelle  Oui
MMDS  Oui
Bis Télévisions  Oui
Canal Liste Oui Oui
Canalsat Calédonie  Oui
Canalsat Caraïbes  Oui
Canalsat Réunion  Oui
Parabole Réunion  Oui
Tahiti Nui Satellite  Oui
Fransat  Oui
La TV d'Orange  Oui Oui Oui
Bouquet TV de SFR Liste Oui Oui
TNTSAT  Oui
TPS (disparu) Liste Oui
Bouquet TV de Bouygues Telecom Liste Oui Oui
DartyBox TV  Oui Oui
Freebox TV Liste Oui Oui
Numericable CableBox HDListe Oui Oui
Numericable-Outremer Liste Oui
Zeop Liste Oui
Alice TV (disparu) Liste Oui
Virgin Mobile (disparu)  Oui
CanalConnect  Oui
Only  Oui
izi  Oui
Mediaserv Liste Oui
TeVolution  Oui
Videofutur  Oui

Organisation de la télévision en France

Régulation de la télévision en France

Depuis 1989, l'instance de régulation de l'audiovisuel en France est le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Le CSA a été précédé par la Haute Autorité de la communication audiovisuelle de 1982 à 1986 et par la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL) de 1986 à 1989.

La réforme de 2009 bouleverse le système de France Télévision en supprimant la publicité entre 20 h 0 et 6 h 0 du matin et en permettant au président de la république de nommer le président de France Télévision avec possibilité de véto du CSA.

Les chaines diffusant depuis la France sont par ailleurs soumis à un certain nombre de quotas et d’obligations de financement en matière de diffusion d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles[5]:

  • pour les œuvres cinématographiques :
    • sur le temps d’antenne annuel y étant consacré, un minimum de 60 % doit l’être pour des œuvres européennes et de 40 % pour des œuvres françaises ;
    • sur la seule tranche horaire de 20 h 30 à 22 h 30, cette même proportion doit être respectée ;
    • 3,2 % du chiffre d’affaires nette de l’exercice précédent doit être consacré à la contribution d’œuvres cinématographiques européennes et 2,5 % aux œuvres cinématographiques françaises ;
    • si la chaine diffuse au maximum 52 productions cinématographiques différentes au cours de l’année avec un nombre total de diffusion inférieur ou égal à 104 pour l’ensemble de ces œuvres, alors elle n’est pas soumise à l’obligation de contribution à la production cinématographique française et européenne ;
  • pour les œuvres audiovisuelles :
    • sur le temps d’antenne annuel y étant consacré, un minimum de 60 % doit l’être pour des œuvres européennes et de 40 % pour des œuvres française ;
    • un aménagement peut toutefois être fait en abaissant la barre européenne jusqu’à 50 % si la chaine s’engage à contribuer à la production d’expressions originales françaises inédites créées par des sociétés de productions indépendantes ;
    • quels que soient les quotas fixés, si la chaine a un taux d'audiences supérieur à 1,5 % de l'offre télévisuelle française, elle doit également respecter ceux-ci sur la tranche horaire de 20 h 30 à 22 h 30 ;
    • si le temps d’antenne consacré aux œuvres audiovisuelles est compris entre 20 et 40 %, la chaine doit consacrer un minimum de 14 % de ses ressources totales nettes de l’exercice précédent à la production d’œuvres audiovisuelles européennes et d’expressions originales françaises, par ailleurs la somme consacrée aux œuvres européennes non-françaises ne doivent pas dépasser les 15 % du total de ces deux obligations et la production française de fictions, d’animations, de making-of, de clips musicaux ou de spectacles vivants doit être d’un minimum de 8,5 % des ressources ;
    • si le temps d’antenne consacré aux œuvres audiovisuelles est supérieur à 40 %, la chaine — dite musicale — dispose d'un taux moindre avec 8 % de ses ressources totales nettes de l’exercice précédent consacré à ces mêmes productions dont 7 % des ressources consacrées en 2011 aux productions françaises de fictions, d’animations, de making-of, de clips musicaux ou de spectacles vivants.

Les groupes audiovisuels

Audiences

L'audience des chaînes est mesurée par la société Médiamétrie. En avril 2016, les Français de 4 ans et plus ont regardé la télévision en moyenne 3h41 par jour, chiffre stable par rapport au même mois de l'année précédente[6]

Chaînes de la TNT HD

Les audiences présentées ci-dessous prennent en compte les audiences cumulées, c'est-à-dire l'audience réalisée lors des diffusions ajoutée à celle des services de rattrapage. Ce sont les audiences du mois d'avril 2016 (mesurées entre le 4 avril et le 1er mai 2016). À noter que la chaîne parlementaire n'est pas présente dans ce classement[6].

Rang Chaînes Part d'audience (en %) Variation avec avril 2015
1 TF1 20,2 1,1
2 France 2 13,3 0,8
3 M6 9,6 0,1
4 France 3 9,1 0,1
5 C8 3,7 0,2
6 France 5 3,3 stable
7 TMC 2,7 0,5
8 W9 2,5 0,1
9 Canal + 2,2 0,8
10 Arte 2,1 stable
11 France 4 2,0 0,3
12 NRJ 12 2,0 stable
13 RMC Découverte 1,9 0,4
14 TF1 Séries Films 1,9 0,7
15 BFM TV 1,8 0,1
16 TFX 1,8 0-3
17 Gulli 1,6 0,1
18 6ter 1,3 0.l,2
19 CStar 1,3 0,1
20 CNews 1,0 0,1
21 LCP-Public Sénat 1,0 0,3
22 L'Équipe 0,9 0,4
23 France Ô 0,9 0,2
24 RMC Story 0,9 stable
25 LCI 0,3 0,2

Chaînes du câble

Selon l'enquête MédiaCabSat de Médiamétrie, les chaînes les plus regardées du câble et du satellite sont (décembre 2005 à juin 2006)[réf. nécessaire] :

rangchaînespart d'audience
(en %)
variation avec
décembre 2005/
juin 2006
1Eurosport1.6-0.7
2RTL91.4-0.1
3TV Breizh1.3=
4Canal+ Sport1.1+0.2
Canal J1.1=
6Paris Première1.0=
Tiji1.0=
6LCI0.9+0.1
TF60.9=
13ème rue0.9=
7Canal+ Décalé0.7+0.1
8Comédie !0.6+0.1
9Canal+ Cinéma0.5=
Disney Channel0.5=
MCM0.5+0.1
Sport+0.50.1
Télétoon0.5+
Téva0.5-0.1
10Ciné Cinéma Frisson0.4=
Ciné Cinéma Premier0.4=
L'Equipe TV0.4=
MTV0.4+0.2
Planète0.4=
Sci Fi0.4+0.1
Série Club0.4=
TPS Star0.4-0.1
TV5 Monde0.4=

Plus de résultats d'audience sur l'article Médiamétrie

Représentation sociale

À la télévision française, les cadres supérieurs sont 15 fois plus présents que les ouvriers dans les œuvres de fiction et les programmes d’information[7]. Les données du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) établissent que 4 % des personnes interviewées et/ou visibles à la télévision sont des ouvriers et 60 % des cadres[8].

D'après l'historienne Ludivine Bantigny, la représentation des grèves et mouvements sociaux à la télévision est généralement dénigrante et disqualifiante :« De Nuit debout aux manifestations des gilets jaunes, les scènes de violence sont représentées à la télévision, alors que ces images ne sont généralement pas représentatives du mouvement dans son ensemble. Dans la séquence télévisée au Grand journal, en 2015, le syndicaliste Xavier Mathieu est très ému, très en colère, bouleversé par le traitement qui a été réservé aux grèves des salariés d’Air France que de nombreux discours ont traînés dans la boue après l’affaire de la « chemise arrachée » alors que ce sont des vies qui sont brisées avec les destructions d’emplois. Les télévisions n’ont retenu que cette chemise arrachée d’un DRH et pas du tout la violence que ces salariés subissent en perdant leur emploi avec, comme conséquences, des dépressions, des burnout ou des tentatives de suicide. Cette représentation s’explique par deux dimensions : d'un côté, la violence est représentée parce qu'elle est dramaturgique et fait du « buzz » télévisuel, de l’autre, elle permet de disqualifier le mouvement social. »

Personnages et programmes phares

Programmes phares

Jeux

Emissions

Téléréalité

Personnages phares

Présentateurs et journalistes

Dirigeants

Notes et références

  1. http://www.csa.fr/Television/Les-chaines-de-television/Les-chaines-de-television-diffusees-par-d-autres-reseaux Les chaînes de télévision diffusées par d'autres réseaux - csa.fr
  2. Vincent Glad, Peut-on retirer la concession de TF1?, slate.fr, (lire en ligne)
  3. Les chaînes privées hertziennes terrestres nationales, csa.fr (lire en ligne)
  4. Convention de M6, csa.fr, (lire en ligne)
  5. [PDF] Dossier de déclaration ou de conventionnement d'un service de télévision n'utilisant pas les fréquences attribuées par le CSA
  6. « audiences de la télévision du 4 avril au 1er mai 2016 », sur http://www.mediametrie.fr/ (consulté le 3 mai 2016)
  7. « En France, les pauvres vivent 13 ans de moins que les riches », sur www.lefigaro.fr,
  8. « « La représentation médiatique porte à croire que le monde ouvrier n’existe plus » », La revue de médias, (lire en ligne)

Voir aussi

Bibliographie

  • Marie Eve Chamard et Philippe Kieffer, La télé 10 ans d'histoire secrètes, Flammarion 1992.
  • Christian Brochand, Histoire générale de la radio et de la télévision en France, Paris, La Documentation Française, 3 volumes, 1994.
  • Monique Sauvage et Isabelle Veyrat-Masson, Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2012, 402 p.
  • Léo Scheer, TV6, la plus jeune des télés, Editions Léo Scheer, 2016.

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la télévision française
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.