Tallboy

La Tallboy est une bombe inventée par le Britannique Barnes Wallis et utilisée par les Alliés en 1944.

Tallboy

Armuriers de la RAF manipulant une Tallboy qui va être utilisée contre la coupole d'Helfaut (France) (1944)
Présentation
Pays d'origine Royaume-Uni
Type Bombe aérienne sismique
Utilisateur(s) No. 617 Squadron RAF
Concepteur Barnes Wallis
Fabricant Vickers
Période d'utilisation 8 juin 1944 – 25 avril 1945
Poids et dimensions
Masse (chargé) 12 000 livres (5 443,1 kg)
Longueur totale 21 pieds (6,4 m)
Diamètre 38 pouces (96,5 cm)
Caractéristiques techniques
Explosif Torpex D1
Quantité d'explosif 5 200 livres (2 358,7 kg)
Retard Fusée No. 58 (Détonation à l'impact)
Ou Fusée à retard No. 47

Suivi de Grand Slam
Bombe Tallboy.

La Tallboy est suivie par la bombe Grand Slam de 10 tonnes.

Caractéristiques

Sa particularité est de pénétrer le sol avant d'exploser : le concept de Barnes Wallis était d'éviter que l'énergie destructrice soit absorbée par l'air (compressible), mais qu'elle soit transmise par le sol et provoque un mini-tremblement de terre local (idée de bombe sismique) qui détruise les fondations des structures. Un engin de 2,5 tonnes lâché de plus de 10 km de hauteur aurait à l'arrivée au sol une vitesse supersonique et la capacité de s'enfoncer profondément. Dans le cadre d'une attaque contre une structure comme une usine par exemple, un tel engin serait plus destructif et provoquerait moins de pertes civiles (du fait de l'absence de projections d'éclats, etc.).

Barnes Wallis ne fut pris au sérieux qu'après le succès de sa bombe rebondissante.

La Tallboy pèse 5 tonnes et est lancée depuis les bombardiers Avro Lancaster. Elle fait la preuve de son efficacité contre les structures lourdes comme les blockhaus, là où toutes les bombes plus petites ont échoué, ainsi que pour l'attaque réussie du Tirpitz. Sa première utilisation au combat a lieu le lors d'un raid contre un tunnel ferroviaire à Saumur en France qui fut bloqué pendant une très longue période.

Emploi

Les bombes Tallboy ont été abondamment utilisées contre des installations militaires allemandes en territoire français :

  • attaques contre les bases de U boote de Lorient ou de Brest. Les toits des alvéoles étant tellement épais, avec plusieurs strates d'espaces pare-souffle, les dégâts sont minimes[1];

Notes et références

  1. Jacques Mordal, 25 siècles de guerre sur mer, Marabout Poche, , p. 2° tome

Articles connexes

  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail des armes
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.