Taxi collectif

Le taxi collectif est un moyen de transport en commun similaire au taxi traditionnel, mais où plusieurs clients sont invités à monter à bord. Dans les deux cas, on parle de transport à la demande.

    PaysAppellation
    Afrique du Sud combi, zola, teksi
    Albanie furgon
    Algérie al salih
    Allemagne Anrufsammeltaxi, Anruflinientaxi
    Angola candongueiro
    Argentine combi, colectivo (ancien)
    Arménie Marshrutka, ert’uġayin tak'si (երթուղային տաքսի)
    Australie multi-hire taxi
    Barbade zed err (d'après leur immatriculation ZR)
    Bénin kia kia (Yorùbáland)[Thompson 1]
    Biélorussie marshrutka (маршрутка)
    Bolivie trufi, combi
    Botswana kombi
    Brésil táx lotação, alternativo
    Bulgarie marshrutka (маршрутка)
    Canada jitney, taxis collectifs (Québec), taxibus
    Chili colectivo
    Colombie colectivo, buseta
    Congo cent-cent, fula fula (ancien)
    Congo (DRC) taxibus, fula fula (Kinshasa)[Thompson 2]
    Costa Rica taxi pirata
    Côte d'Ivoire Gbaka
    Cuba almendrón
    Chypre service taxi
    République dominicaine concho, carro público, guagua
    Égypte mashrou' (مشروع)
    Estonie liinitakso, marsruuttakso
    États-Unis Lyft, Uber
    Éthiopie minibus taxi
    France TaxyMatch
    Gambie tanka tanka
    Ghana tro tro
    Guatemala camioneta
    Guinée magbana (Conakry)
    Haïti tap-tap
    Hong Kong public light bus, minibus, van, 公共小型巴士, 小巴
    Inde shared taxi, six-seater auto, eight-seater auto, phat a phat, polaamboo
    Indonésie angkot, bemo, mikrolet (Jakarta), oplet (Pekanbaru, Padang), pete pete (Makassar), sudako (Medan), etc
    Iran taxi (les taxis individuels sont appelés taxi services ou agence)
    Israël monit sherut (מוֹנִית שֵׂרוּת)
    Italie taxi collettivo
    Kazakhstan marshrutka (маршрутное такси, маршрутка)
    Kenya matatu
    Lettonie maršruta taksometrs
    Liban service taxi (سرفيس)
    Lituanie maršrutinis taksi
    Macédoine du Nord kombe (Комбе)
    Malaisie shared outstation taxi
    Mali sotrama, dourouni
    Maroc grand Taxi, petit Taxi
    Mexique auto de ruta (Ruletero), colectivo, rutero, Pesero, combi, pesero
    Moldavie maxi taxi (formel), rutiera (informel)
    Mozambique chapa
    Népal micro
    Nicaragua taxi colectivo, microbus
    Nigeria bolekaja (Lagos)[Thompson 3], danfo (Lagos), kia kia (Yorùbáland)[Thompson 4], molue
    Nouvelle-Zélande shuttle van
    Ouganda kamunye, matatu, taxi
    Ouzbékistan marshrutka (маршрутка)
    Pakistan local van, vagon
    Pays-Bas deeltaxi, treintaxi
    Pérou colectivo, combi
    Philippines jeepney, V–Hire (Vehicle for hire)
    Pologne bus, busik, minibus, mikrobus, nyska
    Porto Rico carros públicos, pisicorre (pisa y corre), guagua
    Roumanie maxi taxi
    Royaume-Uni DRT (Demand Responsive Transport)
    Russie marshrutka (маршрутное такси, маршрутка)
    Rwanda twegerane, shared taxi, coaster bus, taxi
    Salvador coaster, minibus
    Sénégal car rapide
    Sierra Leone poda poda
    Singapour minibus
    Slovaquie strely (martin, Martinské strely)
    Somalie caasi, xaajiqamsiin, koostar
    Syrie Service (سرفيس)
    Tanzanie dala dala[1], basi
    Thaïlande songthaew (สองแถว)
    Timor oriental mikrolet
    Togo kia kia (Yorùbáland)[Thompson 5]
    Trinité-et-Tobago maxi taxi
    Tunisie louage
    Turquie dolmuş
    Ukraine marshrutka (маршрутне таксі, маршрутка)
    Venezuela carrito por puesto
    Yémen dabaab
    Zimbabwe commuter omnibus, tshova
    Autres pays d'Afrique francophone & Madagascar taxi Brousse, bush taxi
    Autres pays d'Amérique hispanophone públicos, colectivos, carritos, gauguas

    Le taxi collectif peut se déplacer d'un point à l'autre suivant la demande, ou bien respecter un trajet et un horaire déterminés à l'avance, comme le feraient des lignes régulières d'autobus.

    Description

    Taxi collectif à Abidjan

    Il s'agit généralement d'un minibus ou d'un van mais n'importe quel véhicule peut faire office de taxi collectif.

    Le taxi collectif ne nécessite aucune entente préalable entre les usagers, contrairement au covoiturage, et diminue les besoins en stationnement.

    Ce type de transport est mondialement utilisé avec des particularités propres aux sous-continents, aux pays voire aux régions.

    Afrique

    En Afrique de l'ouest et centrale, ces taxis sont souvent appelés Taxi Brousse.

    Cameroun

    Au Cameroun, et particulièrement à Yaoundé, la capitale, un taxi possédant des places libres passe au ralenti près des personnes en position d'attente. Celles-ci doivent indiquer le lieu où elles vont et le prix qu'elles veulent y mettre, à la suite de quoi le taxi s'arrête ou non pour les prendre (un coup de klaxon signifiant l'acceptation de la dernière offre émise). Un chauffeur peut prendre dans son véhicule jusqu'à 5 passagers. Près d'une voiture sur deux circulant dans l'agglomération est un de ces typiques taxis jaunes, sources de nombreux embouteillages.


    Côte d'Ivoire

    Ces transports sont particulièrement utilisés dans l'agglomération d'Abidjan.

    Kenya

    Maroc

    Grand taxi en fin de journée à Chefchaouen

    Au Maroc, on parle de :

    • « petits taxis » lorsqu'ils sont dédiés aux voyages à l'intérieur d'une même zone urbaine ;
    • « grands taxis » qui peuvent faire des trajets interurbains.

    Tanzanie

    Basi à Zanzibar

    Le dala-dala (ou daladala) est un moyen de transport similaire au matatu du Kenya. Le basi est un volume de chargement adapté au transport de personnes et posé sur un châssis de camion.

    Tunisie

    Louage stationné à la gare (Tunisie)

    Le taxi collectif est courant en Tunisie où on le nomme aussi louage. Des camionnettes font la navette entre les principales villes de Tunisie. Les horaires n'étant pas fixes, la camionnette ne part que quand elle est pleine. Les véhicules à bandes bleues desservent les environs d'une ville, les véhicules à bandes jaunes desservent les zones rurales, et ceux à bandes rouges sont pour les longues distances. Les véhicules jaunes à bandes bleues desservent les banlieues des agglomérations (Tunis, Sfax, Sousse).

    Europe

    Belgique

    La Région de Bruxelles-Capitale a mis en place sur son territoire un système de taxis collectifs baptisé COLLECTO[2]. Il est dédié à ceux qui font des sorties nocturnes et aux travailleurs de nuit et est disponible 7 jours sur 7 entre 23 h et 6 h.

    Le tarif est fixé à 5 euros par course pour les détenteurs d'un abonnement Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) ou les détenteurs d'une carte MoBIB donnant accès au réseau de la STIB et à 6 euros pour les autres clients. Le prix de la course est payé au chauffeur au moment de l'embarquement à bord du taxi.

    France

    Plusieurs sociétés ou groupements de taxis proposent un service de taxi partagé, sur réservation. Exemples : TaxyMatch, WeCab de Taxis G7 CitizenCAb et Cotaxiage.com en Île-de-France, Taxi74 en Haute-Savoie, etc. Il s'agit ici véritablement de taxis, qui peuvent prendre et déposer les passagers à l'adresse de leur choix, et qui, sous réserve de disponibilité, n'exigent pas que le client ait préalablement réservé.

    Il existe aussi des « taxis collectifs », parfois appelés « navettes Lotis » (du nom de la Loi d'orientation des transports intérieurs), généralement exploités par des autocaristes. Ces navettes desservent le plus souvent des trajets du type transferts entre gares ou aéroports. Les passagers doivent réserver leur place auprès d'une centrale.

    Allemagne

    En Allemagne il y a plusieurs du Anrufsammeltaxen ou Anruflinientaxen. Les Anruflinientaxen ont un horaire et un trajet spécifiés, mais les Anrufsammeltaxen ont seulement un horaire. Pour aller avec des Anrufsammeltaxen ou Anruflinientaxen il faut appeler la société de transport.

    Italie

    Ce projet n'est pas encore envisagé en Italie.

    Bulgarie et ex- Union soviétique

    Proche-Orient

    Israël

    Turquie

    Peugeot J9 (Karsan) dolmuş à Bodrum en Turquie

    Les dolmuş (« plein » en turc) suivent des lignes régulières. Il s'agit de véhicules munis de sièges individuels ou de banquettes pouvant prendre en charge de 8 à 16 passagers. La course se paie lors de l'embarquement et varie selon la destination[3].

    Asie

    Philippines

    Thaïlande

    Amériques

    Bolivie

    Haïti

     Québec

    Dans la région métropolitaine de Montréal, plusieurs services de taxi collectif, parfois appelés taxibus, sont offerts par les nombreux organismes de transport qui desservent l'agglomération, notamment le Réseau de transport de Longueuil, le Réseau de transport métropolitain, la Société de transport de Laval ou encore la Société de transport de Montréal. Ces lignes de taxi collectif desservent habituellement les secteurs peu ou non desservis par les lignes d'autobus régulières. Le taxi collectif partage les arrêts des lignes d'autobus et est accessible avec les mêmes titres de transport et aux mêmes tarifs. De manière générale, le taxi collectif conduit les clients au point de correspondance le plus proche et suit un horaire défini.

    D'autres agglomérations moins populeuses, telles que Rimouski et Val-d'Or, offrent également un service appelé taxibus, avec des arrêts prédéterminés mais selon un service à la demande.

    République dominicaine

    En plus des lignes d'autobus régulières (publiques), des autocars interurbains (compagnies privées) et des taxis individuels, deux systèmes de taxis collectifs (privés) coexistent.

    Les carro(s) público, littéralement voiture(s) publique(s), souvent des Toyota Camry III (1992–1996), parcourent les longues avenues de Saint-Domingue de bout en bout. En raison de leur prolifération, chaque véhicule est obligatoirement doté en haut du pare-brise d'une bande de couleur rouge ou verte et n'a le droit de rouler qu'un jour sur deux en alternance.

    Les gua-gua(s) (prononcé wawa), suivent des lignes régulières urbaines périurbaines et interurbaines.

    Bibliographie

    • Robert Farris Thompson (en), « Tap-tap, fula-fula, kia-kia: The Haitian bus in Atlantic perspective », African Arts, Los Angeles, printemps 1996
    1. page 41
    2. page 39
    3. page 41
    4. page 41
    5. page 41

    Voir aussi

    Notes et références

    1. Stuck in Traffic; Urban Transport in Africa (page xi) Ajay Kumar & Fanny Barrett. Africa Infrastructure Country Diagnostic in cooperation with the World Bank, January 2008. Draft Final Report.
    2. Informations taxi Collecto à Bruxelles, Belgique,http://www.taxisverts.be/collecto
    3. nokta-yachting.com, « Les dolmuş en Turquie » [(fr) lire en ligne].
    • Portail des transports en commun
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.