The Art Journal

The Art Journal est, lors de sa diffusion (1839-1912), le plus important magazine d'art britannique de l'époque victorienne. Publié à Londres, il est fondé par Hodgson & Graves, des éditeurs d'estampes, sous le premier titre de Art Union Monthly Journal[N 1].

The Art Journal

Discipline Arts graphiques
Langue Anglais
Publication
Maison d’édition Hodgson & Graves
Samuel Carter Hall (en)
George Virtue (en) (Londres, Royaume-Uni)
Période de publication
1912
Fréquence Mensuel puis annuel
Indexation
ISSN 2043-1325
OCLC 698818002

Histoire

L'éditeur Hodgson & Graves engage Samuel Carter Hall (en) comme rédacteur en chef, lequel est assisté par James Dafforne (en). Le premier numéro de Art Union Monthly Journal[1] est publié le , et tiré à 750 exemplaires.

Hall devient rapidement le principal propriétaire, mais est incapable d'en tirer profit lui-même. L'éditeur londonien George Virtue (en) rachète la publication en 1848 et la renomme The Art Journal l'année suivante, tout en conservant Hall à son poste[2].

Hit de Frederic Leighton, présenté à l'occasion de l'Exposition universelle de 1900.

En 1851, les gravures de Hall, 150 illustrations provenant de la collection privée de la reine et du prince Albert, sont présentées dans The Art Journal dans le cadre de la « Grande Exposition de 1851[N 2],[3] ». Le magazine publie de nombreux numéros spéciaux ou des suppléments, liés à des expositions (The Colonial and Indian Exhibition 1886[4] ; The illustrated catalogue of the Universal Exhibition[5]) ou à des thématiques bien particulières (British art during her majesty's reign, being the royal jubilee number of the Art journal dedicated by special permission to her majesty the Queen[6]).

Bien qu'elle soit populaire, la publication ne parvient toujours pas à être rentable et Hall se voit forcé de vendre les parts du journal qu'il lui reste à Virtue, restant néanmoins rédacteur en chef. En 1852, le journal devient enfin rentable[2],[7].

Hall expose en tant que rédacteur en chef les profits que les bureaux de douane gagnent grâce à l'importation d'estampe de vieux maître et montre comment les peintures sont fabriquées en Angleterre. The Art Journal acquiert ainsi une certaine notoriété pour sa façon honnête de présenter l'art, mais son opposition à falsifier et à désattribuer des vieux maîtres, tels que Raphaël et Titien, ralentit fortement le marché de ces œuvres.

Les premiers numéros du magazine soutiennent fortement les artistes de The Clique et après 1850, il s'associe aux opposants au mouvement émergeant du Préraphaélisme, que Hall considère comme étant réactionnaire. Ses articles attaquent le mouvement et le critique John Ruskin, qui s'en était fait l'avocat[7],[8].

À la suite du départ en retraite de Hall en 1880, le journal change de ligne éditoriale et fait face à la forte concurrence de The Magazine of Art (en), lancé par le groupe britannique Cassell Petter & Galpin et la Fédération américaine des arts (en), et aux goûts du public qui ont changé, sous l'influence de l'impressionnisme. Au tournant du siècle, la montée en force de périodiques comme The Studio, fait que The Art Journal ne peut plus conserver sa place auprès des lecteurs en quête de modernité ; par la suite, une importante crise de la presse finit par entrainer sa disparition en 1912.

Autres éditions

Couverture de l'édition de 1862

Une édition américaine du Art Journal a été publiée à New York de 1875 à 1887 par D. Appleton & co.[N 3] avec comme sous-titre New Series (« nouvelle série »)[10],[11],[12].

Par ailleurs, il semble qu'une édition en français soit conservée à la Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience d'Anvers[13].

Les collaborateurs

Direction du journal

Rédacteur en chef Years
Samuel Carter Hall (en) 1839–1880
Marcus Bourne Huish (en) 1881–1892
David Croal Thomson[14] 1892–1902

Contributeurs

Les essayistes les plus remarquables de l’Art Journal sont Ralph Nicholson Wornum (en), Thomas Wright (antiquaire) (en), Frederick William Fairholt (en), Edward Lewes Cutts et Llewellyn Jewitt[7].

Richard Austin Artlett (en) a réalisé une longue série de planches gravées représentant des sculptures[15].

Notes et références

Vietri, gravure de William Miller d'après Clarkson Frederick Stanfield (The Art Journal (New Series), Volume V, 1859.

Notes

  1. Le journal a été connu sous d'autres noms, tels que « The Art Union », « London Art Journal » et « Art-journal ».
  2. En anglais « Great Exhibition of 1851 »
  3. Il existe une série complète d'exemplaires qui a été éditée par Patterson & Neilson[9].

Notes et références

  1. (de) « Exemplaires digitalisés de l'Art Union Monthly Journal », sur Bayerische Staatsbibliothek (consulté le 14 septembre 2015) (OCLC 869881667).
  2. (en) « Original Drawings by W. H. Bartlett », sur lib.uoguelph.ca (consulté le 10 septembre 2015).
  3. (en) Devon Newton Abbott (dir.), The great exhibition, London, 1851 : the Art Journal Illustrated Catalogue : the industry of all nations, 1851, David & Charles Reprints, 1851 (éd. 1970) (ISBN 9780715349175, OCLC 17376036).
  4. Virtue, Londres, 1886, 32 pages (OCLC 228145910).
  5. Virtue, Londres, 1867, 331 pages (OCLC 154133845).
  6. Virtue, Londres, 1887, 224 pages (OCLC 11607050).
  7. (en) George Clement Boase, « Hall, Samuel Carter », dans Dictionary of National Biography, vol. 24, Londres, Smith, Elder & Co. (OCLC 2763972, lire sur Wikisource), p. 88.
  8. (en) George P. Landow, « The Art-Journal, 1850-1880: Antiquarians, the Medieval Revival, and The Reception of Pre-Raphaelitism », The Pre-Raphaelite Review, vol. 2, , p. 71-76 (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2015).
  9. Ref version de Patterson & Neilson (OCLC 808139222).
  10. Ref. de la version américaine (ISSN 2329-3497) (OCLC 568750808).
  11. (en) « Exemplaires de l'édition américaine entièrement consultable (entre 1875 et 1881) », sur hathitrust.org (consulté le 13 septembre 2015).
  12. (en) « Plusieurs fragments d'exemplaires de l'édition américaine », sur jstor.org (consulté le 13 octobre 2015).
  13. « Notice d'une potentielle édition en français de The Art Journal », sur WorldCat (consulté le 14 septembre 2015) (OCLC 901023086).
  14. « Thomson, David Croal », Who's Who, vol. 59, , p. 1741 (lire en ligne).
  15. (en) Robert Edmund Graves, « Artlett, Richard Austin », dans Dictionary of National Biography, vol. 24, Londres, Smith, Elder & Co. (OCLC 2763972, lire sur Wikisource), p. 136.

Annexes

Bibliographie

  • (en) Hazel Morris et S. C. Hall, Hand, head and heart : Samuel Carter Hall and the Art journal, Norwich, Wilby (Michael Russell), , 224 p. (ISBN 9780859552738, OCLC 60460710)
    Critique de l'ouvrage : (en) Charlotte Gere, « Morris, Hazel: Hand, head and heart : Samuel Carter Hall and The Art Journal. - Norwich : Russell: 2003 », The Burlington Magazine, Benedict Nicolson, no 146, , p. 34 (ISSN 0007-6287, OCLC 888876183).
  • (en) David Croal Thomson, Fifty years of art, 1849-1899 : being articles and illustrations selected from "The Art journal", Londres, Virtue, , 37 p. (OCLC 9303292)
  • (en) Jeremy Maas, « S. C. Hall and the Art Journal », The Connoisseur, Londres, no 191, , p. 206-209 (OCLC 888494852)
  • (en) The Art Journal : a short history of a monthly publication that has been issued continuously since 1839, Londres, , 40 p. (OCLC 27182641)
  • (en) George P. Landow, « The Art-Journal, 1850-1880: Antiquarians, the Medieval Revival, and The Reception of Pre-Raphaelitism », The Pre-Raphaelite Review, vol. 2, , p. 71-76 (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2015)
  • (en) Katherine Haskins, The Art-Journal and Fine Art Publishing in Victorian England, 1850–1880, Ashgate, , 226 p. (ISBN 978-1-4094-1810-8) (présentation de l'éditeur)

Liens externes

  • Portail de la presse écrite
  • Portail des arts
  • Portail de la gravure et de l'estampe
  • Portail du Royaume-Uni
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.