Theodorus Frederik van Capellen

Theodorus Frederik van Capellen (né le , décédé le ) était un officier de la marine néerlandaise. Il rejoignit la marine néerlandaise en 1771, au cours de la Quatrième guerre anglo-néerlandaise au cours de laquelle il se distingua, ce qui lui permit de devenir capitaine en 1783. À la suite de la Révolution batave en 1795, qui marqua la disparition des Provinces-Unies au profit de la République batave, il quitta la marine aux côtés de nombreux officiers orangistes fidèles à Guillaume V. Il reçut cependant l'autorisation de s'engager de nouveau avec la marine de la nouvelle marine de la république en 1798.

Pour les articles homonymes, voir Van der Capellen.

Theodorus Frederik van Capellen

Naissance 6 septembre 1762
Nimègue ( Pays-Bas)
Décès 15 avril 1824 61 ans)
Bruxelles
Origine Pays-Bas
Grade Vice-amiral

En 1799, il fut approché (en compagnie de Aegidius van Braam, capitaine du Leyden) par des agents orangistes dans le but d'organiser une mutinerie au sein d'une escadre néerlandaise basée à Texel, et placée sous le commandement du contre-amiral Samuel Story. Cette mutinerie devait se produire dans la continuité de la Bataille de Callantsoog qui marqua le début de l'invasion anglo-russe de la Hollande. Bien que la contribution des deux hommes à la fomentation de la mutinerie soit incertaine, les deux officiers jouèrent un rôle important dans l'épisode qui prit le nom de « capitulation de Vlieter » [1]. Van Capellen fut ainsi envoyé par Story auprès des troupes britanniques commandées par l'amiral Mitchell afin de requérir un cessez-le-feu le 30 août 1799. Il joua également un rôle majeur dans le conseil de guerre qui se tint à bord du navire amiral au cours duquel Story fut persuadé de rendre son escadre aux navires anglais dans combattre.

Van Capellen fut par la suite constitué prisonnier de guerre en compagnie des autres officiers et membres d'équipage de l'escadre batave, jusqu'à la Paix d'Amiens en 1802. Cependant, les officiers ne retournèrent pas en Hollande, et furent condamnés par une cour martiale néerlandaise en 1803, accusés de désertion, refus de devoir et déloyauté. Ils furent également accusés de parjure (pour ne pas avoir respecté leur serment de loyauté). En conséquence, ils furent bannis à vie de la Hollande, sous peine de mort[2].

Van Capellen retrouva cependant son statut de vice-amiral lors de la restauration en 1814.

Références

  1. Roodhuyzen, p. 164
  2. Archives de Hoge Militaire Rechtspraak 1795-1813, Nationaal Archief, No. 95; 101 Sententiën

Bibliographie

  • (nl) T. Roodhuyzen, In woelig vaarwater: marineofficieren in de jaren 1779-1802, vol. 48, t. 1, De Bataafsche Leeuw, (ISBN 9067074772)
  • Portail du Premier Empire
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail des Pays-Bas
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.