Thierry Boutsen

Thierry Marc Boutsen, né le à Bruxelles, est un ancien pilote automobile belge francophone, ayant notamment remporté plusieurs victoires en Formule 1 et en endurance.

Pour les articles homonymes, voir Boutsen.
Thierry Boutsen
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bruxelles
Nationalité Belgique
Site web http://www.boutsen.com/
Carrière
Années d'activité 1983 - 1993
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
Arrows
Benetton
Williams
Ligier
Jordan
Statistiques
Nombre de courses 164 (163 départs)
Pole positions 1
Podiums 15
Victoires 3
Champion du monde 0

Biographie

Thierry Boutsen sur Arrows A7 en 1984 à Dallas.
Thierry Boutsen sur Benetton B188 en 1988 au Canada.

Débuts

Il commence sa carrière sportive en 1975 en Formule VW en remportant le volant de l'école de pilotage d'André Pilette sur le circuit de Zolder, et gagne ses premières courses. En 1976, il obtient encore trois succès, et passe, la même année, en Formule Ford, dans laquelle il engrange 15 victoires en 1978. L'année suivante, il passe en Formule 3 et monte sur la première marche du podium à Zolder. Il remporte le titre de vice-champion d'Europe en 1980, grâce à ses victoires au Nürburgring, à Zolder et à Magny-Cours.

En 1981, il aborde la Formule 2. Il comptabilise deux victoires et termine le championnat d'Europe en deuxième position. Il quitte la Formule 2 l'année suivante, après trois victoires (Nürburgring, Francorchamps et Enna).

Formule 1

Thierry Boutsen débute en Formule 1 avec l'équipe britannique Arrows en 1983. Il suit une progression limpide : premiers Grands Prix en 1983, premiers points en 1984 et premier podium en 1985. La saison 1986 est par contre une grande déception puisque l'Arrows A9 est une mauvaise monoplace qui de plus s'est longtemps fait attendre. Boutsen doit commencer l'année avec le châssis A8 avant de constater que la fiabilité de l'A9 est catastrophique à cause des vieux blocs BMW turbo dépassés. Bien que le châssis soit plusieurs fois modifié, rien ne changera.

Boutsen passe chez Benetton en 1987, et retrouve le soutien officiel de Ford. Il fait une solide saison avec la B187 à moteur V6 turbo. En 1988, il étrenne la B 188 à moteur V8 atmosphérique et est le principal outsider derrière Ayrton Senna et Alain Prost qui disposent d'un moteur turbo. Boutsen remporte le trophée Colin Chapman qui sacre le meilleur pilote courant avec un moteur aspiré.

En 1989, certains amateurs belges de Formule 1 voient en lui un nouveau Jacky Ickx et rêvent d'avoir enfin un champion du monde de la discipline. À la suite du départ de Nigel Mansell vers Ferrari, le baquet de la Williams-Renault FW 12 lui est confié. Boutsen remporte deux victoires mais, bien qu'ayant réalisé une saison supérieure à son équipier Riccardo Patrese, est désavoué par Patrick Head qui le trouve « mou ». 1990 commence très mal avec une violente sortie de route qui le handicape toute la saison. Il remporte toutefois une victoire et signe la pole position en Hongrie. À la fin de la saison, il est remplacé par Mansell.

Renault lui conserve toutefois sa confiance et Boutsen poursuit désormais sa carrière chez Ligier en 1991. Mais pour des raisons de contrat d'exclusivité avec Williams, Renault ne peut équiper Ligier qui doit contenter des blocs Lamborghini peu performants. Boutsen tombe en fond de ligne et subit même l'épreuve couperet des pré-qualifications. L'année 1992 est tout aussi décevante : le châssis Ligier est très perfectible et les moteurs enfin fournis par Renault sont les blocs ancienne génération RS2 de chez Williams. Renault porte tous ses efforts sur Williams (qui sera champion cette année) tandis que les dirigeants de Ligier font peu de cas de Boutsen car ils envisagent un temps de recruter Alain Prost. Boutsen se rend compte qu'il n'est qu'un remplaçant de luxe et démotivé, terminera péniblement sa seconde saison chez Ligier.

En 1993, Boutsen tente encore une saison chez Jordan Grand Prix, mais il jettera les gants en cours de saison, après son Grand Prix national.

Endurance

Thierry Boutsen fait ses débuts en endurance aux 24 Heures du Mans 1981 sur la WM-Peugeot P81 n° 82 associé à cette occasion à Michel Pignard et Saulnier. La voiture est engagée en groupe C ; Saulnier qualifie la voiture en 8e position et c'est Boutsen qui prend le départ, donné à 15 heures. La première expérience de Boutsen aux 24 heures est dramatique : à 16 h 06, il sort de la piste dans la ligne droite des Hunaudières à la vitesse de 350 km/h fauchant pour l'occasion trois commissaires de piste, tuant l'un d'eux. La course est aussitôt neutralisée. Thierry Boutsen sort indemne de cet effroyable accident. On revit l'année suivante Boutsen au volant d'une groupe C, en l'occurrence une Rondeau M382 usine qu'il partage avec Henri Pescarolo lors des 1000 km de Spa le 5 septembre 1982 (sortie de piste de Boutsen) puis lors des 6 Heures du Mont-Fuji le 3 octobre 1982. L'année 1983 débuta par une belle victoire aux 1000 km de Monza le 10 avril 1983 en compagnie de Bob Wollek au volant d'une Porsche 956 engagée par le Joest Racing. Il disputa plusieurs courses au volant de Porsche 956 au cours de l'année ainsi qu'en 1984 et 1985. En 1985, il remporte les 24 Heures de Daytona en début de saison sur une Porsche 962. Par la suite, il dispute diverses courses du championnat du monde des sport-prototypes pour Brun Motorsport. Lors des 1 000 kilomètres de Spa, son équipier Stefan Bellof mène l'épreuve au 72e tour mais, à la suite d'un ravitaillement un peu trop long, la Porsche officielle de Mass-Ickx prend la tête. Bellof souhaite absolument gagner avec sa voiture privée devant la machine officielle de Jacky Ickx. Au 75e tour, Bellof, revenu dans les échappements du Belge, tente de le dépasser dans le raidillon de l'Eau Rouge, mais il l'accroche. Sa voiture s'encastre alors de face dans l'angle d'une tribune et s'embrase aussitôt. Le pilote allemand ne survivra pas à ses blessures.

Thierry Boutsen, son ami de la F2 et coéquipier vit le crash en direct et restera marqué à jamais : La mort de Stefan est le plus mauvais souvenir de ma carrière, et de loin. Ce jour-là, j'ai perdu un formidable équipier, mais j'ai surtout perdu un ami. Il m'a fallu des années pour m'en remettre. Et encore.... Il remporte l'épreuve en 1986 avec Frank Jelinski sur une Porsche 962C de l'écurie Brun Motorsport.

Après sa carrière Formule 1, Boutsen exerça encore ses talents de pilote en endurance pour Peugeot (2e aux 24 Heures du Mans 1993), Porsche (3e aux 24 Heures du Mans 1994 et 2e en 1996) et Toyota. Il met un terme à sa carrière à la suite d'un terrible accident, survenu à près de 300 km/h lors des 24 Heures du Mans 1999, au volant d'une Toyota GT-One, une semaine après lors d'une course à Mosport.

Autres courses en voitures de sport

Il remporte également une épreuve du DRM en 1984 au Norisring sur Porsche 956 du John Fitzpatrick Racing, puis en 1996 coup sur coup les 4 Heures de Brands Hatch et de Spa en septembre sur Porsche 911 GT1, en Championnat BPR, et il termine troisième des 12 Heures de Sebring en 1998 avec cette voiture (4e en 1999), notamment avec Bob Wollek. Toujours en 1998, il gagne ensuite les 24 Heures de Zolder GT avec Patrick Huisman et Marc Goossens sur 993, finit troisième au Petit Le Mans avec Wollek et Helmut Kelleners sur la 911 GT1, et il termine la saison par un titre de Champion des États-Unis de courses sur route (USRRC) en catégorie GT1.

Boutsen Ginion Racing

Thierry Boutsen parraine une écurie de sport automobile, le Boutsen Ginion Racing, qui fait rouler des voitures en Clio Cup et en Mégane trophy, ainsi qu'une LMP2 en European Le Mans Series[1]. À Monaco, il gère aussi la société Boutsen Aviation, créée en 1997. Son activité est le courtage, achat et vente d'avions d'affaires ou Business jets.

Résultats en championnat du monde de Formule 1

Le casque de Thierry Boutsen.
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Victoires Points inscrits Classement
1983Arrows Racing TeamA6Ford V8Goodyear1000n.c.
1984Barclay Nordica Arrows BMWA6
A7
Ford V8
BMW 4 en ligne turbo
Goodyear150514e
1985Barclay Arrows BMWA8BMW 4 en ligne turboGoodyear1601111e
1986Barclay Arrows BMWA8
A9
BMW 4 en ligne turboGoodyear1600n.c.
1987Benetton Formula LtdB187Ford V6 turboGoodyear160168e
1988Benetton Formula LtdB188Ford V8Goodyear160274e
1989Canon Williams TeamFW12C
FW13
Renault V10Goodyear162375e
1990Canon Williams TeamFW13BRenault V10Goodyear161346e
1991Ligier GitanesJS35
JS35B
Lamborghini V12Goodyear1600n.c.
1992Ligier Gitanes BlondesJS37Renault V10Goodyear160214e
1993Sasol Jordan193Hart V10Goodyear1000n.c.

Résultats aux 24 Heures du Mans

Année Voiture Équipe Équipiers Résultat
1981WM P81WM A.E.R.E.M.Serge Saulnier / Michel PignardAbandon au 15e tour
1983Rondeau M482Ford FranceHenri PescaroloAbandon au 174e tour
1986Porsche 956Brun MotorsportAlain Ferté / Didier TheysAbandon au 89e tour
1993Peugeot 905Peugeot Talbot SportYannick Dalmas / Teo Fabi2e
1994Dauer 962 Le MansLe Mans Porsche Team
Joest Racing
Danny Sullivan / Hans-Joachim Stuck3e
1995Kremer K8 SpyderPorsche Kremer RacingChristophe Bouchut / Hans-Joachim Stuck6e
1996Porsche 911 GT1Porsche AGBob Wollek / Hans-Joachim Stuck2e
1997Porsche 911 GT1Porsche AGBob Wollek / Hans-Joachim StuckAbandon au 238e tour
1998Toyota GT-OneToyota MotorsportRalf Kelleners / Geoff LeesAbandon au 330e tour
1999Toyota GT-OneToyota MotorsportRalf Kelleners / Allan McNishAbandon au 176e tour

Distinctions

Notes et références

  1. Laurent Mercier, « Sébastien Buemi présent chez Boutsen Ginion Racing. », sur endurance-info.com, (consulté le 27 juin 2017)

Liens externes

  • Portail de la Belgique
  • Portail de la Formule 1
  • Portail de l'endurance automobile
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.