Tina Anselmi

Tina Anselmi, née le à Castelfranco Veneto (province de Trévise, Vénétie) et morte le dans sa ville natale[1], est une femme politique italienne démocrate chrétienne. Députée de la Vénétie, elle devient en 1976 la première femme membre d'un gouvernement italien.

Pour les articles homonymes, voir Anselmi.

Tina Anselmi
Fonctions
Ministre italienne de la Santé
Premier ministre Giulio Andreotti
Gouvernement Andreotti IV
Prédécesseur Luciano Dal Falco
Successeur Renato Altissimo
Ministre du Travail et de la Protection sociale
Premier ministre Giulio Andreotti
Gouvernement Andreotti III
Prédécesseur Mario Toros
Successeur Vincenzo Scotti
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Castelfranco Veneto (Italie)
Date de décès
Lieu de décès Castelfranco Veneto (Italie)
Parti politique Démocratie chrétienne

Biographie

Tina Anselmi est née à Castelfranco Veneto le 25 mars 1927 dans une famille catholique: son père était pharmacien assistant portant des idées socialistes et a donc été persécuté par les fascistes; sa mère tenait une taverne avec sa grand-mère[2].

Elle a fréquenté le gymnase de sa ville natale, puis l'école de maîtrise de Bassano del Grappa. C'est ici que le 26 septembre 1944 les fascistes nazis l'ont forcée, elle et d'autres étudiants, à assister à la pendaison de trente et un prisonniers en représailles: elle a donc décidé de participer activement à la Résistance. Avec le nom de bataille de "Gabriella" (inspiré par l'archange Gabriel), elle devint relais de la brigade Cesare Battisti sous le commandement de Gino Sartor, puis elle passa au commandement régional de Vénétie du Corps Volontaires de la Liberté. Pendant ce temps, en décembre 1944, elle rejoint la démocratie chrétienne et participe activement à la vie du parti[2].

Après la Seconde Guerre mondiale, elle est diplômée en lettres de l'Université catholique du Sacré-Cœur de Milan, devenant plus tard une enseignante du primaire.

Son implication politique

Après la Seconde Guerre mondiale, elle s'est engagée dans l'activité syndicale au sein de la CGIL puis, depuis sa fondation en 1950, à la CISL. Elle a été directrice de l'union textile de 1945 à 1948 et du syndicat des enseignants du primaire de 1948 à 1955 [2]. De 1958 à 1964, elle a été commissaire nationale de la jeunesse à la démocratie chrétienne. En 1963, elle a été élue membre du comité directeur de l'Union européenne des femmes, dont elle est devenue vice-présidente la même année. En 1959, elle entre au conseil national du bouclier des croisés. Députée de 1968 à 1992, toujours élue dans la circonscription de Venise-Trévise: pendant sa longue législature, elle a fait partie des commissions du travail et de la sécurité sociale, de l'hygiène et de la santé, des affaires sociales. Elle s'est beaucoup occupée des problèmes de la famille et de la femme: elle est à l’origine de la loi sur l'égalité des chances[3]. Trois fois sous-secrétaire du ministère du Travail et de la Sécurité sociale, à partir du 29 juillet 1976, elle était ministre du Travail et de la Sécurité sociale au sein du gouvernement Andreotti III: un fait historique, car Anselmi est devenue la première femme ministre en Italie. En 1975, elle a présidé la délégation italienne à la Conférence mondiale sur les femmes promue par l'ONU à Mexico, participant aux événements ultérieurs de Nairobi en 1985 et de Pékin en 1995. En 1977, elle a été parmi les premiers signataires de la loi italienne ouverte à l'égalité de rémunération et de traitement sur le lieu de travail, en vue d'éliminer la discrimination fondée sur le sexe entre les hommes et les femmes [4].

Après l'expérience au ministère du Travail, elle a également été ministre de la Santé dans les gouvernements Andreotti IV et V. Pendant cette période, en 1979, lorsque Tina Anselmi était ministre de la Santé, avec la loi portant sur la création du Service national de santé (L. 23 décembre 1978, n ° 833) [5], il a été décidé de retirer du marché des milliers de médicaments qu'une commission technique venait de juger inutiles, voire dangereux. L'année suivante, elle a également subi une attaque dans sa propre maison[6]. Signataire de la loi portant sur la création du Service National de Santé[7] , elle était considérée comme une "mère de la République" et sa candidature a été proposée plusieurs fois lors des élections du chef de l'Etat, d'abord en 1992 puis en 2006[4].

Son rôle au sein de la commission P2

En 1981, lors de la VIII législature, elle est nommée présidente de la commission d'enquête parlementaire sur la loge maçonnique P2 de Licio Gelli, qui a terminé les travaux en 1985.

Elle a été à plusieurs reprises prise en considération par les politiciens et la société civile pour le poste de président de la République: en 1992, c'est l'hebdomadaire Cuore qui a soutenu sa candidature et le groupe parlementaire Le réseau a incité à voter pour elle. En 2006 un groupe de blogueurs l'a soutenu à travers une campagne média qui a commencé à partir du blog "Tina Anselmi al Quirinale".

En 2004, il a été promu la publication d'un livre intitulé "Entre la cité de Dieu et la cité de l'homme". Les femmes catholiques dans la résistance vénitienne, dont Tina Anselmi a écrit l'introduction et un essai[8].

Décès

Elle est décédée à son domicile de Castelfranco Veneto peu après minuit le 1er novembre 2016: depuis 2001, elle souffrait de la maladie de Parkinson et ces dernières années, un accident vasculaire cérébral avait contribué à aggraver sa santé[9]. Les funérailles ont eu lieu le 4 novembre dans la cathédrale de Castelfranco Veneto et ont été présidées par l'évêque de Trévise Gianfranco Agostino Gardin en présence des présidents des deux chambres[10]. À la fin du rite, le corps a été enterré dans la tombe familiale du cimetière de la ville.

Reconnaissance

En 2009, elle a reçu le "Article 3 Award" pour 2008 en tant que "reconnaissance de l'activité menée au cours d'une vie passée - au service de la liberté et des valeurs d'égalités consacrées à l'article 3 de notre Charte constitutionnelle. Ceci notamment en rappelant l'activité de Mme Anselmi en tant que très jeune relais partisane, syndicaliste, mère de la loi sur l'égalité des chances, ministre, principal auteure de la réforme qui a introduit le Service national de santé et guide exemplaire de la commission parlementaire de Enquête P2 ".

En juin 2016, alors qu'elle était encore en vie, un timbre lui a été dédié; elle est toujours la seule personne à avoir été honoré de cette manière en Italie[11] .

Publications

  • (it) Il 1975 anno internazionale della donna : discorso pronunciato a Roma il 27 febbraio 1975 nella sede del Banco di Roma, sotto gli auspici del Centro italiano di studi per la conciliazione internazionale, Rome, Banco di Roma, 1975.
  • (it) Un documento storico : il complotto di Licio Gelli, supplément de L'Espresso, 1984.
  • (it) La rocca del paradiso, illustration de Gianni Peg, Turin, SEI, 1985.
  • (it) Tina Anselmi [et al.], Intorno a Macondo : itinerario per i giovani alla ricerca di un nuovo impegno civile, a cura di Gioventù aclista, Cernusco sul Naviglio, CENS, 1993.
  • (it) Tina Anselmi [et al.], Nonostante donna : storie civili al femminile, Turin, édition Gruppo Abele, 1996. (ISBN 88-7670-263-6)
  • (it) Zia, cos'è la Resistenza?, San Cesario di Lecce, Manni Editori, 2003. (ISBN 88-8176-442-3)
  • (it) Bella ciao: la resistenza raccontata ai ragazzi, Pordenone, Biblioteca dell'immagine, 2004. (ISBN 88-89199-00-8)
  • (it) Tina Anselmi et Anna Vinci, Storia di una passione politica, in copertina: La gioia condivisa dell'impegno, Milan, Sperling & Kupfer, 2006. (ISBN 88-200-4051-4)

Notes et références

  1. (it) « è morta Tina Anselmi, prima donna ministra della Repubblica italiana », sur Repubblica.it, (consulté le 1er novembre 2016).
  2. Italian Journal Repubblica
  3. (it) Legge del 9 dicembre 1977, n. 903, pubblicata sulla Gazzetta Ufficiale del 17 dicembre 1977, n. 343
  4. (it) Alessandro Barbieri, Luca Bufarale e Mirella D’Ascenzo, Ricordando Tina Anselmi: la legge sulla parità di trattamento nel Lavoro del 1977 tra il contesto internazionale e la sua soggettività(PDF), in Alessandro Barbieri (a cura di), Diacronie. Studi di Storia Contemporanea, vol. 10, nº 2, 29 giugno 2018, p. 5, DOI:10.4000/diacronie.8542, ISSN 2038-0925 (WC · ACNP), OCLC 8081160841
  5. (it) « Istituzione del Servizio Sanitario Nazionale - Ministero della Salute (TXT), su salute.gov.it »
  6. Maicolengel Butac, L’attentato a Tina Anselmi, Butac, 11 luglio 2018
  7. (it) Legge del 23 dicembre 1978, n. 833, pubblicata sulla Gazzetta Ufficiale del 28 dicembre 1978, n. 360
  8. (it) Luisa Bellina, Maria Teresa Sega (a cura di), Tra la città di Dio e la città dell'uomo: donne cattoliche nella Resistenza veneta, Treviso, Istresco, (ISBN 88-88880-07-0)
  9. (it) « Tina Anselmi », La Repubblica, (lire en ligne)
  10. (it) « È morta Tina Anselmi, prima donna ministro italiana: venerdì il funerale », La Tribuna di Treviso, 1º novembre 2016 (lire en ligne)
  11. (it) « Un francobollo per Tina Anselmi, la donna che è stata prima in tutto », La Repubblica, (lire en ligne)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la politique en Italie
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de l’Italie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.