Up at Minton's

Up at Minton's est un double album live de soul jazz enregistré en février 1961 par le saxophoniste et le guitariste américains Stanley Turrentine et Grant Green dans le club de jazz Minton's Playhouse à Harlem, et publié sous la forme de deux disques vinyle LP Up at Minton's, Vol. 1 et Up at Minton's, Vol. 2.

Up at Minton's

Live de Stanley Turrentine et Grant Green
Sortie 1961
Enregistré 23 février 1961
Minton's Playhouse, Harlem, New York
Durée 44:46 et 44:58
Genre Soul jazz
Format disque vinyle LP
Producteur Alfred Lion
Label Blue Note Records
Critique

Sur ces deux albums, Stanley Turrentine et Grant Green sont secondés par le pianiste Horace Parlan et par une section rythmique composée de Georges Tucker à la contrebasse et Al Harewood à la batterie[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7].

Historique

Stanley Turrentine et Grant Green

Le saxophoniste de soul jazz Stanley Turrentine et le guitariste Grant Green, qui contribuèrent tous deux grandement au succès du label Blue Note Records dans les années 1960, n'avaient pas beaucoup d'occasions de jouer ensemble[8]. Turrentine travaillait avec sa femme Shirley Scott dans un trio qui passait beaucoup de temps sur la route, alors que Grant Green fit quelques tournées avec Jack McDuff et Lou Donaldson mais est surtout resté à New York[8].

Ils n'ont enregistré que quatre fois ensemble[9].

Le premier de ces enregistrements, Up at Minton's, a été réalisé au club de jazz Minton's Playhouse le 23 février 1961 et publié à l'époque sous la forme de deux albums LP : Up at Minton's, Volume 1 et Up at Minton's, Volume 2[9].

Le deuxième, ZT's Blues, a été enregistré le 13 septembre 1961 mais il ne sort qu'en 1985.

Le troisième enregistrement fait en commun par Turrentine et Green date du 16 décembre 1964, lorsque les deux musiciens ont collaboré à trois morceaux du LP I'm Trying to Get Home de l'ensemble du trompettiste Donald Byrd[9].

Enfin, le 11 juillet 1966, ils collaborent pour la dernière fois pour l'enregistrement du LP Rough 'N' Tumble de l'octuor de Turrentine[9].

Minton's Playhouse

Le Minton's Playhouse s'appelle officiellement le Playhouse, mais il est connu sous le nom de Minton's, du nom de son premier propriétaire, le saxophoniste Henry Minton[10].

Selon les mots de Leonard Feather, auteur de la notice originale du LP (original liner notes), le Minton's est un club plutôt terne à l'origine, mais le caractère de l'endroit change à la fin de 1940 lorsque Teddy Hill en devient le gérant. Dès le début de l'année 1941, lorsque Teddy Hill constitue un quatuor composé de Kenny Clarke, Joe Guy, Thelonious Monk et Nick Fenton, Minton's devient l'endroit où il faut se montrer[10].

Sachant que Dizzy Gillespie, Thelonious Monk et Charlie Parker y ont joué, on peut considérer que cette salle a contribué au développement de plusieurs des concepts musicaux révolutionnaires qui ont changé la face du jazz dans les années 1940, et qu'elle peut être considérée comme le creuset original du bebop[10].

Enregistrement et production

Selon Leonard Feather, Alfred Lion, fondateur du légendaire label jazz Blue Note[11], « devenu familier du style de Stanley Turrentine à la suite de plusieurs enregistrements en studio couronnés de succès, décida que le temps était venu de le présenter dans une session qui serait enregistrée dans un petit club intime »[10].

Alfred Lion réunit donc un soir de février 1961, un trio habitué du Minton's, composé du pianiste Horace Parlan, du contrebassiste Georges Tucker et du batteur Al Harewood, avec Stanley Turrentine et un nouveau et remarquable guitariste venu de Saint-Louis appelé Grant Green[10].

La notice du LP original précise : « Toute la séance a été un plaisir, dit Alfred Lion. Tout le monde était dans le meilleur des états d'esprit. Teddy Hill était très coopératif, c'était un jeudi soir et la salle était bondée »[10].

La session live est enregistrée le 23 février 1961 par Rudy Van Gelder dans le club de jazz Minton's Playhouse et produite par Alfred Lion[3],[4],[5],[6],[12].

Rudy Van Gelder était un ingénieur du son spécialisé dans le jazz, considéré comme l'un des meilleurs ingénieurs de l'histoire de l'enregistrement, dont on estime qu'il a enregistré et mixé plus de 2 000 albums[13].

Publication

La session enregistrée est publiée sous la forme de deux albums, Up at Minton's, Vol. 1 et Up at Minton's, Vol. 2, qui sortent en 1961 : ils sont publiés en disque vinyle long playing (LP) sur le label Blue Note Records sous les références BLP 4069 et BLP 4070[3],[4],[5],[6].

La notice des LP originaux (original liner notes) est de la main de Leonard Feather (qui a longtemps été l'auteur le plus lu et le plus influent en matière de jazz[14]) et le design de la couverture du LP est l'œuvre de Reid Miles[5],[6], un graphiste américain qui concevait depuis 1955 des pochettes d'albums pour le label Blue Note[15].

La photographie qui orne leurs pochettes et qui montre Stanley Turrentine et son saxophone est l'œuvre de Francis Wolff[5],[6], photographe, producteur et cadre de la compagnie Blue Notes[16].

Rééditions

Les albums sont réédités à plusieurs reprises en LP à partir de 1970 par les labels Blue Note, King Records, Analogue Productions et Music Matters[17],[18],[19].

À partir de 1993, Up at Minton's est publié en CD par les labels Blue Note, Toshiba, Universal, Analogue Productions[1],[17],[18].

Par ailleurs, le CD Stanley Turrentine - Grant Green Quintet - Complete recordings, paru en 2017 chez Groove Hut Records, regroupe les albums ZT's Blues, Up at Minton's, Vol. 1 et Up at Minton's, Vol. 2[12].

Accueil critique

Le site AllMusic attribue 4½ étoiles à l'album Up at Minton's, Vol. 1[1], et la revue DownBeat en attribue 4[2].

Selon Leonard Feather, auteur de la notice des LP originaux (original liner notes), « compte tenu de tous les ingrédients - une salle remplie de souvenirs et remplie de clients, un groupe compatible de musiciens de premier ordre et le meilleur de l'équipement des installations modernes d'enregistrement sur bande - il n'est pas surprenant que " Up at Minton's " soit devenu un bal pour tous »[10]. Et Feather de conclure : « C'est une séance que j'ai eu le regret d'entendre se terminer. Je regrette également de ne pas avoir été là en personne. Pourtant, ces albums sont plus que simplement une excellente chose : après tout, la session n'a eu lieu qu'une fois, mais les disques sont disponibles à jamais »[10].

Le critique musical Ron Wynn d'AllMusic estime que « le ton, le son et le rythme de Turrentine sont bons, bien qu'il n'était pas encore le maître des ballades qu'il serait plus tard dans sa carrière. Des standards et un couple de blues composent le répertoire, donnant aux auditeurs un aperçu sur Mr. T. au début de sa vie musicale. »[1].

La Saturday Review, parlant en 1963 du volume 2, estime que « Turrentine montre son flair pour le développement de la mélodie dans la version de Come Rain or Come Shine d'Harold Arlen, et joue de façon caractéristique, sans effort, dans Summertime et dans le morceau de blues qui ouvre l'album. Les cinq hommes sont stylistiquement bien adaptés les uns aux autres et l'atmosphère est sympathique. Bien que seulement 4 numéros soient joués, leur traitement en longueur a donné des résultats remarquablement peu ennuyeux »[7].

Le Jazz Journal International estime que les deux albums sont excellents[20]

Liste des morceaux

Joe Segal, auteur de la notice du CD Stanley Turrentine - Grant Green Quintet - Complete recordings, souligne que « plus de musique a été jouée et enregistrée à la date qui a produit les deux volumes de Up at Minton's que le matériel inclus sur les LPs »[9].

Il précise que « des versions de The Serpent's Tooth, By Myself, Squeeze me, Just in Time, This Can't Be Love, Softly as in a Morning Sunrise et I Remember April sont répertoriées comme ayant été enregistrées. Cependant, aucune d'elles n'a jamais été publiée sous quelque format que ce soit, et on ne sait pas si elles survivent dans les coffres du studio »[9].

Up at Minton's, Vol. 1

L'album est constitué de morceaux très longs, de 10 à 12 minutes[1]. Le groupe y mélange le hard bop avec le funk et le soul jazz[1].

No TitreAuteur Durée
1. But Not for MeGeorge Gershwin / Ira Gershwin 11:28
2. Stanley's TimeStanley Turrentine 11:03
3. BroadwayBill Byrd / Teddy McRae / Henri Woode 10:33
4. YesterdaysOtto Harbach / Jerome Kern 11:49
44:46

Up at Minton's, Vol. 2

Ici aussi, l'album est constitué de morceaux très longs, de 7 à 15 minutes[19].

No TitreAuteur Durée
1. Later At Minton'sStanley Turrentine 13:54
2. Come Rain Or Come ShineHarold Arlen 8:45
3. Love For SaleCole Porter 15:10
4. SummertimeGeorge Gershwin / Ira Gershwin / DuBose Heyward 7:18
44:58

Musiciens

Références

  1. (en) Ron Wynn, « Up at Minton's, Vol. 1 », sur allmusic.com (consulté le 31 janvier 2019).
  2. (en) DownBeat - volume 30, DownBeat, 1963, p. 30.
  3. (en) Jazzdisco : Stanley Turrentine Catalog - Up at Minton's, Vol. 1
  4. (en) Jazzdisco : Stanley Turrentine Catalog - Up at Minton's, Vol. 2
  5. (en) Discogs : Stanley Turrentine – Up At "Minton's", Vol. 1
  6. (en) Discogs : Stanley Turrentine – Up At "Minton's", Vol. 2
  7. (en) Saturday Review, Volume 46, Saturday Review Associates, 1963, p. 60.
  8. (en) Bob Porter, notice originale (original liner notes) du LP ZT's Blues
  9. (en) Joe Segal (2017), notice du CD Stanley Turrentine - Grant Green Quintet - Complete recordings, Stanley Turrentine et Grant Green, CD Groove Hut Records GH 66724.
  10. (en) Leonard Feather, notice des LP originaux (original liner notes)
  11. (en) Discogs : Alfred Lion
  12. (en) Jaquette du CD Stanley Turrentine - Grant Green Quintet, Stanley Turrentine et Grant Green, CD Groove Hut Records GH 66724.
  13. (en) Discogs : Rudy Van Gelder
  14. Discogs : Leonard Feather
  15. Discogs : Reid Miles
  16. (en) Discogs : Francis Wolff
  17. (en) Discogs : Up At "Minton's", Vol. 1 - liste des versions publiées
  18. (en) Discogs : Up At "Minton's", Vol. 2 - liste des versions publiées
  19. (en) « Up at Minton's, Vol. 2 », sur allmusic.com (consulté le 1er février 2019).
  20. (en) Jazz Journal International, Billboard Limited, 1987, p. 36.
  • Portail de la musique
  • Portail du jazz
  • Portail des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.