Valentin Simond

Valentin Simond, né le à Saint-Marcellin (Isère) et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un patron de presse français.

Pour les articles homonymes, voir Simond.
Valentin Simond
Fonction
Directeur
L'Écho de Paris
-
Henry Simond (d)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Valentin Victor Isidore Simond
Nationalité
Activité
Fratrie
Victor Simond
Henry Simond (d)
Enfant
Henry Simond (d)
Autres informations
Distinction

Biographie

Fils de Louise Quincieux et d'Isidore Simond, négociant originaire de Romans, Valentin Victor Isidore Simond[1] est le frère aîné de Victor Simond et d'Henry Simond (1855-1894), qui feront comme lui carrière dans la presse écrite.

Opposants républicains au Second Empire puis à l'Ordre moral, les frères Simond créent et dirigent plusieurs journaux politiques au début de la Troisième République. On peut notamment citer Le Peuple, La Marseillaise, Le Mot d'ordre, Le Réveil ainsi que Le Réveil-Matin, qu'il fusionne en octobre 1887 avec L’Estafette. Sa création la plus durable est cependant L'Écho de Paris, qu'il lance le 12 mars 1884 avec le soutien financier d'Edmond Blanc[2]. En 1889, il est décoré de la Légion d'honneur.

Lors de l'affaire Dreyfus, alors que son cadet Victor (directeur du Radical depuis 1881) s'engage dans le camp dreyfusard, Valentin Simond fait de l’Écho de Paris l'un des principaux organes des antidreyfusards[2].

Hospitalisé après une appendicectomie à la maison de santé du no 50 de l'avenue du Roule à Neuilly-sur-Seine, Valentin Simond meurt le 7 mars 1900[3] des suites d'une complication de diabète et d'albuminurie. Il est inhumé le 10 mars au cimetière de Montmartre, en présence de nombreuses personnalités, après des obsèques religieuses célébrées en l'église Notre-Dame-d'Auteuil. Deux de ses fils, Paul (1867-1921) et Henry (1863-1937), reprennent l’Écho de Paris[4].

Références

  1. Archives départementales de l'Isère, état civil de Saint-Marcellin, registre des naissances de 1842, acte no 10 (vue 229 sur 445).
  2. Louis Vauxcelles et Paul Pottier, « La presse d'aujourd'hui : L’Écho de Paris », Gil Blas, 26 décembre 1903, p. 1.
  3. Archives de Paris, état civil du 16e arrondissement, registre des décès de 1900, acte (transcription) no 722 (vue 6 sur 31).
  4. L'Écho de Paris, 9 mars 1900, p. 1.

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de la presse écrite
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.