Van Cliburn

Harvey Lavan Cliburn, plus connu sous le nom de Van Cliburn, né le à Shreveport, en Louisiane, et mort le [1] à Fort Worth au Texas, est un pianiste américain, célèbre pour avoir remporté, en 1958 à Moscou, en pleine Guerre froide, la première édition du Concours international Tchaïkovski[2].

Van Cliburn
Nom de naissance Harvey Lavan Cliburn
Naissance
Shreveport, Louisiane
États-Unis
Décès
Fort Worth, Texas
États-Unis
Activité principale Pianiste
Formation Juilliard School
Maîtres Rosina Lhévinne
Récompenses Concours international Tchaïkovski

Biographie

À l'âge d'un an, ses premières leçons de piano lui sont données par sa mère, Rildia Bee O'Bryan (qui elle a étudié le piano auprès d'Arthur Friedheim, un élève de Franz Liszt). Alors que Cliburn a six ans, sa famille déménage à Kilgore, au Texas. À douze ans, il remporte un concours de piano local qui lui permet de faire ses débuts sur scène avec le Houston Symphony Orchestra. À dix-sept ans, il entre à la Juilliard School où son professeur de piano, Rosina Lhévinne, le forme dans la grande tradition romantique russe. À vingt ans, Cliburn remporte le prestigieux Leventritt Award (1954), et fait ses débuts au Carnegie Hall.

Mais c'est véritablement son succès à Moscou qui le propulse à la gloire internationale. Organisé en 1958 par l'URSS, le premier Concours international Tchaïkovski était un événement destiné à démontrer la supériorité culturelle de celle-ci pendant la Guerre froide, sur la lancée de la victoire technologique du Spoutnik lancé dans l'espace quelques semaines auparavant. À la finale du concours, la lumineuse virtuosité de Cliburn dans le concerto pour piano n° 1 de Tchaïkovski et le n° 3 de Rachmaninov lui vaut une ovation debout qui dure bien huit minutes. Les juges soviétiques auraient été alors contraints de demander à Nikita Khrouchtchev la permission de donner le premier prix à cet Américain. « Est-il le meilleur ? » leur aurait demandé le dirigeant soviétique. « Alors donnez-lui le prix ! ».

Cliburn obtient donc le premier prix, devant un Chinois, Liu Shih-kun. Le magazine TIME fait de l'événement sa couverture et titre « Le Texan qui a conquis la Russie ». Le retour de Cliburn aux États-Unis est célébré par une ticker-tape parade à New York, du jamais vu pour un interprète de musique classique.

Quatre ans plus tard, en 1962, Cliburn devient le conseiller artistique du Concours international de piano Van-Cliburn, concours créé par des professeurs de Fort Worth (Texas) en l'honneur du prodige texan et dont le prestige rivalise aujourd'hui avec celui du concours Tchaïkovski.

Notes et références

  1. Décès du pianiste américain Cliburn - LeFigaro.fr, 27 février 2013
  2. Van Cliburn, pianiste américain - LeMonde.fr, 1er mars 2013
  • Portail de la musique classique
  • Portail des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.