Venedikt Mart

Venedikt Mart ou Venedikt Marine, de son nom de Naissande Venedikt Nikolaïevitch Matveïev (respectivement en russe Венедикт Март, Венедикт Марьин, Венеди́кт Никола́евич Матве́ев), né le  à Vladivostok et mort le à Kiev, est un poète futuriste russe et soviétique, écrivain et traducteur du chinois et du japonais. Il est le père du poète Ivan Elagin.

Pour les articles homonymes, voir Mart.
Venedikt Mart
Biographie
Naissance
Décès
(à 41 ans)
Kiev
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
Nikolai Matveev-Bodry (d)
Enfant
Parentèle
Novella Matveyeva (en)

Biographie

Venedikt Nikolaïevitch est le fils d'un écrivain renommé, Nikolaï Matveïev, ethnographe et traducteur du japonais. Il a pour parrain Ivan Iouvatchov (ru), exilé en Extrême-Orient russe, lui-même père du poète Daniil Harms[1].

Il fait ses études au lycée de Vladivostok, où il commence à écrire des vers[2]. Son premier recueil de poèmes, Élans («Порывы») paraît en 1914 à Vladivostok. Il publie également dans l'imprimerie de son père, avec comme nom d'éditeur Haishin-Wei (Хайшин-вей) deux autres livres de poèmes, Maison noire («Черный Дом») et Ariettes («Песенцы»)[2]. Dans ce second recueil figurent ses premières traductions, datant de 1914, de poètes japonais, pour partie postérieurs à la Restauration de Meiji[1].

En 1918, il voyage au Japon, écrit des tanka et des haïku, et adresse des notes de voyage aux revues de l'Extrême-Orient russe[2]. À l'été 1920, il part dans la ville russe d'Harbin (ru)[2]. Il publie près de douze livres, soit de ses propres poèmes, soit de traductions de poètes chinois anciens[2]. Il se drogue à la morphine et à l'opium[2]. En 1922 il fait paraître une « nouvelle en miniature », Sur les carrefours amoureux du caprice («На любовных перекрёстках причуды»).

Fin 1923, il est de retour en URSS avec son fils[2]. Il y fait paraître une série d'ouvrages en prose, notamment sur des thèmes orientaux[2]. Il prend activement part à la vie littéraire non officielle, se lie d'amitié avec Daniil Harms[2], et devient le prototype du poète Septembre dans le roman de Konstantin Vaguinov, Le Chant du bouc («Козлиная песнь»)[3].

Il est également proche de Sergueï Essénine, et se fait connaître par une vie faite de scandale et d'ivrognerie. En octobre 1928, il a été arrêté à Moscou pour une querelle avec voies de fait et incarcéré à la prison de Boutyrka, puis condamné à trois ans d'exil à Saratov[2].

En 1932 s'installe à Kiev. Il est de nouveau arrêté le 12 juin 1937[4], sur le fondement d'accusations d'espionnage au profit du Japon[1]. Il est condamné par l'article 54-6 1 du code pénal soviétique (espionnage) et fusillé le 16 octobre 1937[5].

Publications

Couverture deVers d'émeraude («Изумрудные черви», 1919).
  • (ru) Черный Дом [« Maison noire »], ;
  • (ru) Песенцы [« Ariettes »], ;
  • (ru) Фаин [« Fain »] (avec Gavril Elf (Гавриил Эльф)), ;
  • (ru) Тигровьи чары [« Sortilèges de tigres »], ;
  • (ru) На любовных перекрестках причуды [« Sur les carrefours amoureux du caprice »], ;
  • (ru) Логово рыжих дьяволов. О Шанхае [« Le repaire des diables roux. Shanghai »], ;
  • (ru) Речные люди. Повесть для детей из быта „Современного Китая“ [« Les gens de la rivière. Nouvelle pour enfant tirée de la vie quotidienne de la Chine contemporaine »], ;
  • (ru) ДЭРЭ — водяная свадьба. Рассказ [« DERE - Les noces d'eau. Récit »], ;
  • (ru) Ударники финансового фронта [« Travailleurs de choc du front financier »], .

Notes et références

  1. (ru) « Венедикт Март » [« Venedikt Mart »], sur Век перевода [Le Siècle de la traduction] (www.vekperevoda.com) (consulté le 24 octobre 2018)
  2. (ru) « Биографический зал - 1 » [« Salle biographique n°1 (site du musée littéraire du Kraï de Primaire) »], sur Персональный сайт Музей литературы Приморского края (museumprim.ucoz.ru) (consulté le 27 octobre 2018)
  3. (ru) Я. В. Васильков, М. Ю. Сорокина (I. V. Vassilikov, M. I. Sorikina), « Март, Венедикт Николаевич » [« Mart, Venedikt Nikolaïevitch »], Люди и судьбы. Биобиблиографический словарь востоковедов – жертв политического террора в советский период (1917-1991) [« Hommes et destins. Dictionnaire bibliographique des orientalistes victimes de la terreur politique dans la période soviétique (1917-1991) »], Saint-Pétersbourg, Петербургское Востоковедение, (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2018)
  4. (ru) « Март Венедикт Николаевич (1896) » [« Mart Venedikt Nikolaïevitch »], sur Открытый список (Liste ouverte) (consulté le 24 octobre 2018)
  5. Дело № 642 НКВД Украинской С.С.Р. (начато 11 июня 1937 г., закончено 11 августа 1937 г.) и справка к нему

Annexes

Bibliographie et sources

  • (ru) « Венедикт Март » [« Venedikt Mart »], sur Век перевода [Le Siècle de la traduction] (www.vekperevoda.com) (consulté le 24 octobre 2018) ;
  • (ru) В. Ощенко (V. Ochtchenko), « Подводные кладбища острова Русский », Российская газета, (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2018) ;
  • (ru) « Венедикт Март » [« Venedikt Mart »], sur www.stihi.ru (consulté le 24 octobre 2018) ;
  • (ru) Я. В. Васильков, М. Ю. Сорокина (I. V. Vassilikov, M. I. Sorikina), « Март, Венедикт Николаевич » [« Mart, Venedikt Nikolaïevitch »], Люди и судьбы. Биобиблиографический словарь востоковедов – жертв политического террора в советский период (1917-1991) [« Hommes et destins. Dictionnaire bibliographique des orientalistes victimes de la terreur politique dans la période soviétique (1917-1991) »], Saint-Pétersbourg, Петербургское Востоковедение, (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2018) ;
  • (ru) « Март, Венедикт » [« Mart, Venedikt »], sur Глобус Владивостока вики (consulté le 24 octobre 2018).

Liens externes

  • Portail de la culture russe
  • Portail de l’URSS
  • Portail de la poésie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.