Vigeois

Vigeois (Visoas en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Vigeois

Abbatiale Saint-Pierre.

Blason
Administration
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Arrondissement de Tulle
Canton Allassac
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Uzerche
Maire
Mandat
Jean-Paul Comby
2014-2020
Code postal 19410
Code commune 19285
Démographie
Gentilé Vigeoyeux - Vigeoyeuses[1].
Population
municipale
1 195 hab. (2017 )
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 22′ 49″ nord, 1° 31′ 05″ est
Altitude Min. 227 m
Max. 452 m
Superficie 43,25 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corrèze
Vigeois
Géolocalisation sur la carte : Corrèze
Vigeois
Géolocalisation sur la carte : France
Vigeois
Géolocalisation sur la carte : France
Vigeois
Liens
Site web Site officiel

    Géographie

    Localisation

    Puits dans le village.

    Commune située entre Uzerche et Allassac, sur la ligne des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon. Elle est arrosée par la Vézère et ses deux affluents, le Brézou en rive gauche et la Loyre qui borde la commune à l'ouest, ainsi que par le ruisseau de Pont Lagorce, principal affluent du Brézou.

    Accès par Autoroute A20 sortie n° 45 et par le rail à la gare de Vigeois.

    Histoire

    Vigeois a eu pour abbé de 1170 à 1184 Geoffroy du Breuil, plus connu sous le nom de Geoffroy de Vigeois. Ce dernier est resté célèbre pour avoir laissé une Chronique portant sur le Limousin médiéval et les premières Croisades. Vigeois s'honore d'avoir accueilli le peintre et écrivain Henri Cueco. (1929-2017)

    Héraldique

    Blason Fascé d'argent et de gueules, les fasces d'argent chargées chacune de trois mouchetures d'hermine de sable.
    Détails
    Le statut officiel du blason reste à déterminer.

    Politique et administration

    Tendances politiques et résultats

    Liste des maires

    Liste des maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    1790 1792 Cibot    
    1792 1796 Roullet Sébastien    
    1796 1799 Veyriras Gabriel    
    1799 1800 Pinet Fabien Michel    
    1800 1806 Nauche Jacques    
    1806 1814 Fleyniat Antoine    
    1814 1930 Fleyniat Louis Pierre    
    1830 1840 Nauche Jacques    
    1840 1846 Lafarge François    
    1846 1848 Servantes François-Julien    
    1848 1848 Breton Gabriel Amédé    
    1848 1849 Goudal Pierre Marie Thérèse    
    1849 1853 Bouchez Jean Baptiste    
    1853 1857 Breton Gabriel Amédé    
    1857 1861 Doussaud Adrien Emile    
    1861 1878 Breton Eugène    
    1878 1880 Chignat Jean Henri    
    1880 1882 Géréthie François    
    1882 1884 Garat de Nedde Raymond Marie    
    1184 1888 Géréthie François    
    1888 1892 Garat de Nedde Raymond Marie    
    1892 1897 Géréthie François    
    1897 1900 Cessat Gabriel    
    1900 1912 Sagne Henri    
    1912 1915 Madrange Gabriel    
    1915 1917 David Jean Henri    
    1917 1919 Madrange Gabriel    
    1919 1925 David Jean Henri    
    1925 1929 Cot Emile    
    1929 1939 Durand Adolphe PCF  
    1939 1943 Lardet Jules   nommé par le préfet du gouvernement de Vichy en remplacement de Durand Adolphe (communiste).
    1943 1944 Marie-Rose Bouchemousse    
    1944 1947 Durand Adolphe    
    1947 1959 Chastre Louis    
    mars 1959 mars 1989 Francis Rougerie PCF Conseiller général du Canton de Vigeois
    (1964-1988)
    mars 1989 mars 2001 Jean Chastre PS Instituteur
    mars 2001 mars 2008 Albert Chassaing apparenté UMP Agriculteur
    mars 2008 mars 2014 Anne-Marie Tixier[2] DVG[3] Pharmacienne
    mars 2014 En cours Jean-Paul Comby DVG Retraité

    Les élus du canton d'allassac sont Michèle Reliat et Gilbert Fronty

    Démographie

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5]. En 2017, la commune comptait 1 195 habitants[Note 1], en diminution de 3,86 % par rapport à 2012 (Corrèze : +0,09 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    2 0932 0412 1012 3492 5042 5372 5082 3882 518
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    2 5622 5192 5172 3812 5432 5504 0733 2662 986
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    2 8352 7982 5592 3332 3732 2802 0182 0411 715
    1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
    1 6821 4971 3461 3401 2101 1911 1851 2331 214
    2017 - - - - - - - -
    1 195--------
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Économie

    Lieux et monuments

    Personnalités liées à la commune

    • Geoffroy du Breuil, connu sous le nom de Geoffroy de Vigeois. Moine à abbaye bénédictine de Saint Martial de Limoges, puis abbé de Vigeois de 1170 à 1181. C'est à Vigeois qu'il écrivit sa Chronique, référence historique descriptive de cette époque.
    • Pouch-Lafarge Charles Joseph Dorothée né à Vigeois le 31/5/1811 au lieu-dit L'Escurotte, décédé le 14 janvier 1840 avait épousé en seconde noce Marie Capelle (1816-1852). Elle fut soupçonnée, accusée par sa belle famille puis reconnue coupable par la justice de l'époque d'avoir empoisonné son époux. Ce fut l'affaire Lafarge dont le procès fit l'objet de nombreux commentaires et qui sera à l'origine de nombreux ouvrages décrivant ou analysant l'affaire, ainsi qu'à des films de cinéma et de télévision.
    • L'actrice Marcelle Praince est née à Vigeois en 1882.
    • Marie-Rose Bouchemousse est née le 10 mai 1889 à Vigeois. Le 2 novembre 1943 elle devient la première femme maire en France. Certes elle n'est pas élue. Elle accepte de prendre cette fonction en remplacement du maire nommé par le gouvernement de Vichy, Lardy Jules, démissionnaire, officiellement pour des raisons de santé. La population de Vigeois demeure reconnaissante du sang-froid, de la fermeté et de la persuasion dont elle a fait preuve le 11 juin 1944. Ce jour là, un détachement allemand investit le bourg, bloque toutes les voies de communications routières. Les Allemands enjoignent, par haut-parleurs, aux habitants de se réunir, les hommes sur le champ de foire, les femmes place de la mairie. Les Allemands visitent les maisons une à une. Elle s'est alors longuement entretenue à l'Hôtel du Midi avec les officiers allemands en compagnie de M. Basty, son adjoint, le curé doyen Xavier Bourges, et un habitant Vigeois, connaissant l'allemand, réclamé par Mlle Bouchemousse comme interrpète. Les officiers ressortent apparemment apaisés de cette longue réunion. La population est relâchée, et tard dans la nuit les troupes allemandes quittent les lieux sans grands dommages. Quelle frayeur rétrospective lorsque le lendemain ou le surlendemain les habitants apprennent le massacre d’Oradour-sur-Glane du 10 juin 1944. Marie Rose Bouchemousse est une des premières femmes françaises agrégées de littérature[8], docteure en philosophie et la première femme docteure en philosophie scolastique (théologie).

    Vie locale

    Santé

    Animations

    • Fête votive annuelle (du vendredi au mardi, autour du premier dimanche d’août)
    • Vide-grenier (le dimanche suivant la fête votive annuelle)
    • Fête de la pomme et du boudin (le 1er novembre)

    Notes et références

    Notes

    1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

    Références

    1. Les gentilés de Corrèze
    2. | Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
    3. Le Populaire, résultats des élections municipales, consulté le 4 mars 2009
    4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
    8. france-catholique n° 2951/2952, 19 novembre 2004, interview de Corinne Bonafoux-Verrax p 37

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail de la Corrèze
    • Portail de l’Occitanie
    • Portail des communes de France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.