Villa Furtado-Heine

La villa Furtado-Heine, aussi appelée villa des officiers, est une villa située entre la rue de France et la promenade des Anglais, à Nice, en France.

Villa Furtado-Heine
Localisation
Situation 121 rue de France
61 promenade des Anglais
Nice
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France
Coordonnées 43° 41′ 38″ nord, 7° 15′ 09″ est
Géolocalisation sur la carte : France
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Géolocalisation sur la carte : Nice
Architecture
Type Villa
Histoire
Architecte Sébastien-Marcel Biasini
Commanditaire Lady Penelope Atkins
Cécile Furtado-Heine
Date d'érection 1787
Vers 1885
Résidents notoires Pauline Borghèse
Marie-Louise d'Étrurie
Propriétaire Ministère de la Défense
Protection  Inscrit MH (1961)

Historique

Lady Penelope Rivers, née Atkins, veuve d'un pair d'Angleterre, George Pitt, se fait construire un palais italien, en bord de mer, en 1787[1].

En septembre 1792, l'armée française franchit le Var et s'empare de Nice. Lady Atkins s'enfuit de Nice, laissant sur place tous ses biens. Sa propriété est confisquée car déclarée bien d'émigré et occupée par les troupes du Génie.

La villa est mise en vente en 1800. Elle est achetée par Sébastien Grandis, un Niçois servant dans l'intendance et riche propriétaire foncier. Elle est alors connue sous le nom de villa Grandis.

Elle a été plusieurs fois louée ou prêtée. Pauline Borghèse, sœur de Napoléon Ier y séjourne en 1807 et 1813. La princesse Marie-Louise, fille du roi Charles IV d'Espagne est placée en résidence surveillée à Nice, en 1809-1811, d'abord dans la villa Grandis, puis dans la maison Barralis, place de la Croix-de-Marbre[2].

Elle est ensuite achetée par Louis Guiglia, ancien président du Sénat de Nice.

Vers 1860, elle devient la propriété d'Auguste Carlone (1812-1873), banquier et propriétaire du journal L'Écho des Alpes-Maritimes et partisan du rattachement du comté de Nice à la France[3],[4]. Il y reçoit avant 1863 l'astronome Edward Cooper (1798 à Dublin-1863) qui monte dans le parc la plus grande lunette astronomique d'Europe pour effectuer des observations utiles[5],[6].

La villa est achetée après la mort de Carlone par le Russe Henri Krohn (1809 à Güstrow - 1899 à Nice)[7]. Des difficultés financières l'amène à mettre en vente la villa avec celle des Baumettes[8].

Elle est rachetée en 1882 par Cécile Furtado-Heine, petite-fille du banquier parisien Beer Léon Fould, veuve du banquier Salomon Heine. La villa prend le nom de sa nouvelle propriétaire. Très riche, elle a subventionné de nombreuses œuvres de bienfaisance et la construction de l'hôpital Pasteur de Paris. Madame Furtado-Heine fait ajouter un étage à la villa pour loger sa domesticité par l'architecte Sébastien-Marcel Biasini (1841-1913) et un portail en fer forgé donnant sur la promenade des Anglais.

À la suite de la seconde expédition militaire de Madagascar, les troupes son atteintes par plusieurs épidémies. Cécile Furtado-Heine décide, en 1895, de léguer sa villa au ministère de la Guerre qui la transforme en maison de repos et de convalescence pour les officiers blessés ou malades.

La villa Furtado-Heine est inscrite au titre des monuments historiques depuis le [9].

Notes et références

  1. Roger Isnard, Les Anglais à Nice, p. 103-119, Nice-Historique, Nice, année 1985, no 145 Texte
  2. Georges Doublet, Les statuettes du trésor de la cathédrale de Nice données par la reine d'Etrurie, p. 87-98, Nice-Historique, année 1913, no 249 Texte
  3. Nadine Bovis-Aimar, Paul-Louis Malausséna, La correspondance d’affaires de la banque Carlone 1858-1861, p. 150-159, Nice Historique, année 1998, no 213 Texte
  4. Le pays de Nice et ses peintres : Augustin Carlone (1812-1873)
  5. Didier Gayraud, Belles demeures en Riviéra 1835-1930, p. 118
  6. Nota : Dans ses œuvres, François Arago mentionne une lettre d'Edward Cooper concernant les observations qu'il a faites à Nice sur la grande comète, à partir du 12 mars 1843 (Œuvres de François Arago, Volume 15, page 537). Edward Cooper, fondateur de l'observatoire Markree, amateur de voyages, pensait que Nice était un lieu favorisé pour faire des observations astronomiques.
  7. Georges Véran, L’école maternelle du Château : Fondation Henri Krohn, p. 104-111, Nice Historique, année 1995, no 277 Texte
  8. Voir : Didier Gayraud, p. 139
  9. « Villa Furtado-Heine », notice no PA00080811, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi

Bibliographie

  • Christian Byk, Regard sur les villas niçoises, p. 91-101, Nice-Historique, année 1989, no 40 Texte
  • Didier Gayraud, Belles demeures en Riviéra 1835-1930, p. 118, Éditions Giletta, Nice, 2005 (ISBN 978-2-915606-20-1) ; p. 303

Article connexe

Liens externes

  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail des monuments historiques français
  • Portail de Nice
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.