Voile (mycologie)

En mycologie, le voile appelé aussi velum, désigne la membrane qui accompagne la formation et le développement du carpophore de certains champignons « supérieurs ». Cette membrane sert de protection au primordium du champignon dans sa jeunesse, puis se déchire irrégulièrement lors de la croissance du chapeau et de l'allongement du pied. Après déchirure, il peut subsister des vestiges de voile sous différentes formes.

La volve et les lambeaux blanchâtres sur et à la marge du chapeau de l'amanite des Césars sont des restes du voile universel.

Voile universel, partiel et maeginal

L'ébauche du carpophore, appelée œuf, peut être enveloppée par les tuniques suivantes : le voile universel qui enveloppe initialement tout le carpophore et qui persiste parfois sous forme de volve, verrues ou écaille, cortine, armille, ou manchon sur le pied ; le voile partiel qui recouvre initialement l'hyménium de la marge du chapeau jusqu'au pied, subsistant à l'occasion sous la forme d'un anneau ; le voile marginal, formé tardivement à la marge du chapeau et qui laisse un faux anneau sur le pied de certains bolets[1].

Notes et références

  1. René Pomerleau, Flore des champignons au Québec et régions limitrophes, Éditions la presse, , p. 34.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la mycologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.