Vorkouta

Vorkouta (en russe Воркута ; en komi : Вӧркута ; en nénètse des forêts : Варкута) est une ville minière de la république des Komis, dans le nord-ouest de la Russie, au nord du cercle polaire arctique. Sa population s'élevait à 61 638 habitants en 2014.

Vorkouta
(ru) Воркута

Héraldique

Drapeau

Vue d'une rue typique de Vorkouta (hiver 2007)
Administration
Pays Russie
Région économique Nord
District fédéral Nord-Ouest
Sujet fédéral République des Komis
Maire Valeri Boudovski
Code OKATO 87 410
Indicatif (+7) 82151
Démographie
Population 61 638 hab. (2014)
Géographie
Coordonnées 67° 30′ nord, 64° 02′ est
Fuseau horaire UTC+04:00
Divers
Statut Ville depuis 1943
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Russie
Vorkouta
Géolocalisation sur la carte : République des Komis
Vorkouta
Géolocalisation sur la carte : Russie européenne
Vorkouta
Géolocalisation sur la carte : Russie européenne
Vorkouta
Liens
Site web www.vorcuta.ru
Sources

    Géographie

    Vorkouta est arrosée par la rivière du même nom, un affluent de l'Oussa. Appelée la « ville de la toundra », elle est située dans la partie nord-est de la république des Komis, à 150 km au nord du cercle polaire, dans le bassin minier de la Petchora, juste à l'ouest de l'Oural polaire, à un peu plus de 200 km de la côte de l'océan Arctique, à 901 km au nord-est de Syktyvkar et à 1 885 km au nord-est de Moscou[1].

    Histoire

    La présence d'importants champs de charbon près de la rivière Vorkouta fut découverte en 1930 par le géologue soviétique Georgui Tchernov (en) (Георгий Александрович Чернов). Il était le fils d'un autre géologue, Alexandre Tchernov, qui avait promu le développement du bassin de charbon de Petchora, qui incluait les champs du bassin de la Vorkouta[2],[3]. Avec cette découverte, l'exploitation minière débuta dans la RSSA des Komis. À l'époque, seule la partie sud du bassin minier était inclus dans cette république. La partie nord, comprenant Vorkouta, appartenait au district autonome de Nénétsie de l'oblast d'Arkhangelsk. En 1931, un village de géologues fut construit sur le bassin minier, la plupart des travailleurs étant des détenus du Goulag du camp d'Oukhta-Petchora[2],[4]. Un réseau de plusieurs camps de prisonniers allait alors être créé dès 1932 sur le bassin minier, le Vorkoutlag, l'un des camps les plus célèbres et les plus durs du Goulag. Il fut surnommé « la guillotine glacée ». Les prisonniers exploitèrent les mines de la région à partir des années 1930 et bâtirent la ville dès 1932.

    En 1941, la ville et les camps furent reliés au reste du pays par une ligne de train construite par les prisonniers, reliant Konocha et Kotlas et les camps d'Inta. Vorkouta obtient le statut de ville le .

    Pendant la guerre froide, la région de Vorkouta abritait une base militaire avancée pour les bombardiers soviétiques[5].

    Les camps autour de Vorkouta étaient les plus peuplés de toute la partie européenne de l'Union soviétique et servaient de plus à gérer d'autres camps plus petits comme ceux de Kotlas, Petchora et Ijma (appelée maintenant Sosnogorsk). En 1953, les détenus se révoltèrent contre leurs conditions de détention — les températures pouvant atteindre −60 °C — avant d'être implacablement réprimés par l'armée et le NKVD.

    La plupart des camps du Goulag cessèrent leurs activités dans les années 1950[6]. Cependant, certains[Qui ?] assurent que des camps ont continué à fonctionner dans la région de Vorkouta jusque dans les années 1980.

    Vers la fin des années 1980, les mineurs se sont mis en grève pour protester contre des retards de paiement dans leurs salaires allant jusqu'à un an[7]. La plupart des mines de charbon ont été fermées depuis la fin des années 1990 en raison des coûts d'exploitation trop élevés.

    Population

    Recensements (*) ou estimations de la population[8]

    Évolution démographique
    1943 1959 1970 1979 1989
    7 00055 66889 742100 210115 646
    2002 2010 2012 2013 2014
    84 91770 54867 10064 35361 638

    Culture

    Personnalité

    Bibliographie

    • G. Aucouturier, « Un triomphe de la volonté. L'essor de Vorkouta », Les Lettres françaises, no 96, , p. 6

    Notes et références

    Annexes

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail de la Russie
    • Portail de l’Arctique
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.