Vresse-sur-Semois

Vresse-sur-Semois est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Namur, ainsi qu’une localité où siège son administration. Sa langue véhiculaire était le champenois.

Vresse-sur-Semois

L’église Saint-Lambert et la maison communale

Héraldique
Administration
Pays Belgique
Région  Région wallonne
Communauté  Communauté française
Province Province de Namur
Arrondissement Dinant
Bourgmestre Arnaud Allard (ECD)
Majorité ECD
Sièges
Confiance
ECD
11
4
7
Section Code postal
Vresse
Alle
Bagimont
Bohan
Chairière
Laforêt
Membre
Mouzaive
Nafraiture
Orchimont
Pussemange
Sugny
5550
5550
5550
5550
5550
5550
5550
5550
5550
5550
5550
5550
Code INS 91143
Zone téléphonique 061
Démographie
Gentilé Vressois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
2 641 ()
51,15 %
48,85 %
26 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
20,21 %
57,05 %
22,74 %
Étrangers 6,32 % ()
Taux de chômage 15,50 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 10 511 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 49° 52,35′ nord, 4° 55,9′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
101,04 km2 (2005)
17,19 %
73,15 %
7,49 %
2,18 %
Localisation

Situation de la commune dans l'arrondissement de Dinant et la province de Namur
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Vresse-sur-Semois
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Vresse-sur-Semois
Liens
Site officiel vresse-sur-semois.be

    Géographie

    La commune est délimitée au sud et à l’ouest par la frontière française, ainsi que par la province de Luxembourg au sud-est. Elle est traversée par la Semois, un affluent de la Meuse.

    L'altitude de la ville est d'environ 180 mètres.

    Héraldique

    La ville possède des armoiries octroyées le 29 septembre 2000. Elles combinent des éléments des armoiries de Seigneurs d'Ochrimont dans sa moitié inférieure et des éléments des armoiries des derniers Seigneurs de Vresse, les Princes de Löwenstein-Wertheim.
    Blasonnement : Tranché: au 1 d'argent au lion léopardé de gueules, couronné d'or, passant sur un rang de quatre rochers de sinople, mouvant du tranché; au 2 de gueules à la bande coticée d'argent.
    Source du blasonnement : Heraldy of the World.

    Communes limitrophes

    Communes limitrophes de Vresse-sur-Semois
    Gedinne
    Canton de Sedan-Est Bièvre
    Bouillon
    Canton de Sedan-Est

    Population et évolution de son chiffre

    Sa population est de 2 818 habitants au , 1 501 hommes et 1 713 femmes, soit une densité de 27,89 habitants/km2[1] pour une superficie de 101,04 km2.

    Les chiffres des années 1846, 1900 et 1947 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

    • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[2]

    Aujourd'hui et hier

    Le pont Saint-Lambert

    Le pittoresque pont Saint-Lambert a déjà séduit bon nombre de peintres et de photographes. Selon la légende, le saint l'aurait rétréci pour empêcher sainte Agathe, la sainte patronne du village voisin de Laforêt, de rendre visite à ses paroissiens en calèche. Ce qui est sûr, c'est que José Chaidron, propriétaire de l'hôtel La Glycine vers 1920, fonda ici l'« école de Vresse », qui allait devenir une référence dans le milieu des peintres paysagistes. L'hôtel à l'imposante façade blanche abrite aujourd'hui l'office du tourisme. Dans le tout nouveau centre culturel, de l'autre côté de la rue, on peut désormais admirer environ deux cents œuvres d'Albert Raty et de Jacques Vanderelst, entre autres. Le style varie autant que la qualité de la collection.

    Réplique de la locomotive « Le Belge »

    Une réplique en bois de la plus vieille locomotive de Belgique, « Le Belge », sortie des ateliers de John Cockerill en 1835, est exposée dans un petit bâtiment situé près de l'entrée nord de la rue principale du village de Vresse. Des artisans locaux y ont consacré plus de mille heures de travail[3].

    Grâce au relief, la nature est restée inviolée. Les pentes raides se prêtent mal à l'exploitation forestière. Durant la Deuxième Guerre mondiale, des résistants à l'occupant nazi trouvèrent même refuge dans ces bois, profitant de leur connaissance du terrain. Vingt camps de maquisards, forts d'une trentaine d'hommes chacun, s'implantèrent ainsi dans la région. Beaucoup d'habitants les ravitaillèrent de manière clandestine.

    La Semois

    Histoire

    Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le , Vresse est prise par les Allemands de la 2e Panzerdivision[4] du Generalmajor Rudolf Veiel. Du fait que les Alliés ont fait sauter le pont, le passage de la Semois s'effectue sur un pont construit rapidement (un second sera plus tard mis en place) par les pionniers du Pionier-Bataillon 70, édifice provisoire qui supporte mal le passage des chars, et doit ainsi être régulièrement entretenu, aussi les Allemands font passer des chars à gué, manœuvre longue du fait des berges abruptes de la rivière[5]. Ceci cause de nombreux retards dans la nuit pour la division[5] qui doit effectuer la traversée de la Meuse le à Donchery, à l'ouest de Sedan, qu'elle réussira néanmoins après de nombreuses difficultés[6] (voir Percée de Sedan).

    Événement

    Le village de Vresse est également connu pour son grand feu, considéré comme le plus grand de la Semois, qui se déroule chaque année au mois de mars lors du week-end de l'ouverture officielle de la pêche sur la rivière. Cet événement est depuis quelques années organisé par la jeunesse du village. Le bûcher est réalisé grâce à des troncs et branchages ramassés dans les forêts voisines. Sa taille est bien souvent impressionnante. La signification du grand feu veut qu'on brûle l'hiver pour accueillir le printemps. De plus, une sorcière en papier mâché est placée au-dessus du bûcher pour rappeler les pratiques d'antan.

    Grand feu de Vresse 2013

    Références

    1. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
    2. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20190101.pdf
    3. La locomotive « Le Belge »
    4. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 173
    5. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 233
    6. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 250 à 253

    Voir aussi

    Liens externes

    • Portail de la province de Namur
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.