Yitzchak Chaikin

Yitzchak Chaikin est un grand-rabbin orthodoxe non-consistorial français du XXe siècle (Kossova, - Sarcelles, ).

Cours du Rabbin Yitzchak Chaikin vers 1968

Éléments biographiques

Né à Kossova, en Biélorussie, Yitzchak Chaikin effectue un cursus traditionnel à la yechiva (académie talmudique) de Baranovich auprès du rabbin Elchonon Wasserman, et après une période de 3 ans et demi dans cette dernière, il rejoint celle du Hafetz Haïm à Radin. Il débarque en France en 1938 afin de prendre la direction de la yechiva Hakhmei Tzorfas, fondée par le grand-rabbin Ernest Weill à Neudorf (Strasbourg), environ cinq ans plus tôt. Il succède au rabbin Simcha Wasserman qui avait fondé cette Yechiva.

Il se fiance durant l’avant guerre avec Fridel Slobotski, d’origine Allemande. Elle fut contrainet devant la montée du Nazisme à fuir en Amérique du Sud avec sa famille.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Yitzchak Chaikin, qui n’a pas encore acquis la citoyenneté française, s’engage dans la Légion étrangère où il devient mitrailleur. Il perdra un doigt dans le feu de l'action et, fait prisonnier, sera détenu dans un Stalag en Allemagne.

Fridel Slobotski garda contact avec son fiancé durant la guerre, par relation épistolaire.

La yechiva de Neudorf, fermée durant la guerre, rouvre ses portes à Aix-les-Bains où elle s'est établie définitivement. Le rabbin Chaikin, de retour de captivité, la dirige[1], s’occupant en outre de nombre de ses élèves devenus orphelins de guerre[2]. La yechiva accueille de surcroît nombre de jeunes déportés en provenance de Buchenwald et Dachau[3]. De nombreux émigrés arrivent en France venant d’Afrique du Nord, qui vont étudier à Aix-les-Bains, dont Aaron Monsenego, futur Grand Rabbin du Maroc.

Ce fut seulement en 1946 que les Chaikin purent enfin bâtir leur foyer au sein de la Yeshiva fraîchement rouverte à Aix-Les-Bains. Ils eurent ensemble 7 enfants.

La Yechiva d'Aix-les-Bains est active à ce jour[1].

Notes et références

  1. Fox, 2009, p. 17
  2. Isaac Lewin, in Jewish Morning Journal du , cité par Friedenson and Kranzler, 1999, p. 202-203.

Annexes

Liens externes

Bibliographie

  • (en) Joseph Friedenson et David Kranzler, Heroine of rescue : the incredible story of Recha Sternbuch who saved thousands from the Holocaust, Brooklyn, New York, Mesorah Publications, (réimpr. 1999) (ISBN 0-899-06460-4)
  • (en) Deborah Fox. This Is No Place for a Torah Umesorah School. Hamodia Magazine. Vol. XI Issue 543. January 21, 2009/25 Teves 5769, p. 16-21.
  • G. Yitzhchoki. Pour la gloire de Hachem. La vie, l’œuvre et l’héritage spirituel de rav Chajkin, Rosh Yeshiva d’Aix Les Bains. Bne Brak 2010, 484 pages.
  • Portail de la culture juive et du judaïsme
  • Portail de la Biélorussie
  • Portail de la France
  • Portail de l’éducation
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail du XXe siècle
  • Portail d'Aix-les-Bains
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.