Yvonne Loriod

Yvonne Loriod (parfois nommée Loriod-Messiaen), née à Houilles le et morte[1] à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le , est une pianiste classique française.

Yvonne Loriod
Yvonne Loriod donnant un cours au CNSM de Paris en juin 1982 (l'élève est François Weigel)

Naissance
Houilles, France
Décès
Saint-Denis, France
Activité principale pianiste, compositrice
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Lazare-Lévy (piano)
Marcel Ciampi (piano)
Darius Milhaud (composition)
Olivier Messiaen (analyse)
Enseignement Staatliche Hochschule für Musik de Karlsruhe,
Conservatoire de Paris
Élèves Pierre-Laurent Aimard
Pascal Gallet
Roger Muraro
Bruno Peltre
François Weigel
Conjoint Olivier Messiaen

Biographie

Yvonne Loriod a été l'élève de Lazare Lévy (piano), Marcel Ciampi (piano), Darius Milhaud (composition) et Olivier Messiaen (analyse)[2] au Conservatoire de Paris où elle a obtenu sept Premier Prix. Elle commence une carrière internationale qui va l'emmener sur tous les continents. Elle est l'une des interprètes les plus marquantes de la musique contemporaine de piano. Elle donnera en première audition mondiale toutes les œuvres avec piano d'Olivier Messiaen[3] comme les Visions de l'Amen en (1943), les Vingt Regards sur l'Enfant-Jésus en 1944 Salle Gaveau, ainsi que les créations françaises ou mondiales d'œuvres de Schoenberg, Bartók, Jolivet, Boulez. Elle a contribué à la connaissance des auteurs du XXe siècle, tant par ses nombreux concerts de par le monde qu'avec ses enregistrements discographiques remarqués qui ont été distingués par la critique. Elle a obtenu à douze reprises le Grand Prix du Disque. Loin de se limiter au piano contemporain, son répertoire comprend aussi les plus grandes pages du piano classique (Beethoven, Mozart, Schumann, Debussy, Chopin) sans oublier Le Clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach qu'elle a inscrit à son répertoire dès l'âge de quatorze ans. En 1958, elle est professeur de piano à la Staatliche Hochschule für Musik de Karlsruhe et de 1967 à 1989, puis au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris où elle a eu comme assistant Mikhail Rudy. Elle a également enseigné aux Cours d'été de musique contemporaine de Darmstadt.

Elle fut la muse et la seconde épouse[4] du compositeur Olivier Messiaen (1908-1992)[5]. Elle a enregistré de nombreux disques, en particulier l'intégralité des œuvres pianistiques de son mari dont elle a assuré la création à partir de 1943, et pour lesquelles elle est reconnue comme la plus grande spécialiste de son temps : Catalogue d'oiseaux, Vingt regards sur l'Enfant Jésus[5], Symphonie Turangalîla. Elle est présente dans de nombreux jurys de concours internationaux. Elle était la sœur de Jeanne Loriod, professeur d'Ondes Martenot au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris.

Yvonne Loriod, très affaiblie après un grave accident de santé en 2007[5], a passé ses dernières années dans la maison des Petites sœurs des pauvres à Saint-Denis où elle décède le dans l'après-midi[6].

Parmi ses très nombreux élèves on peut citer notamment : Nicolas Angelich, Pierre-Laurent Aimard, Gilbert Amy, George Benjamin, Michel Béroff, Florent Boffard, Catherine Collard, Miguel Angel Estrella, Pascal Gallet, Pascal Godart, Jay Gottlieb, Matthieu Gonet, Jean-Claude Henriot, Peter Hill, Jun Kanno, Michaël Levinas, Bertrand Molia, Roger Muraro, Colette Musquer, Véronique Pelissero, Bruno Peltre, Pascal Godart, Pierre Réach, Mikhail Rudy, Gilles Tremblay, Elena Varvarova, François Weigel.

Yvonne Loriod interprétant les Vingt Regards sur l'Enfant-Jésus à Caen en 1982.

Discographie

Yvonne Loriod avec Olivier Messiaen en 1982

Compositions

Un des aspects moins connus de sa personnalité : Yvonne Loriod a composé plusieurs œuvres de musique de chambre et de la musique pour orchestre :

Films

En 1991, un documentaire de 57 min, Une leçon particulière de musique avec Yvonne Loriod, réalisé par François Manceaux, lui est consacré[15].

Annexes

Sources

Marc Vignal, Dictionnaire de la musique française, Éd. Larousse, nouv. éd., 1988

Notes et références

Liens externes

  • Portail de la musique classique
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.